vendredi 18 mai 2018

Selon Benoît XVI : le concept des "droits de l'homme" est destructeur

Selon le précédent chef de l'église Catholique, «Si Dieu n'existe pas, les droits de l'homme s'effondrent». D'entrée de jeu, je suis de confession chrétienne, mais pas du Catholicisme romain. Malgré cela, on doit reconnaître la sagesse, où qu'elle se manifeste. 



En effet, en y réfléchissant une seule minute, si les droits de l'homme, comme on les appelle, sont liés et tributaires d'un gouvernement, d'un État ou d'un groupe d'États, alors il n'y a plus de pérennité (constance, durée, continuité, stabilité) dans les droits. Car la justice et l'équité deviennent alors assujettis à un groupe d'individus tout aussi humains, faillibles et intéressés, agissant par des motivations diverses (de partis, économiques, personnelles, carriéristes et autres). Les droits seront donc variables dans le temps, voire épisodiques et par exemple, fonction des personnages, des humeurs, des doctrines économiques et idéologiques, du temps et des alliances et intérêts de la classe dirigeante qui décrète et juge. Si la justice et l'équité (les droits) n'émanent pas de Quelqu'un de plus grand, on se trouve condamnés à vivre dans un balancier de droits réversibles, qui oscille de manière atypique entre le bien et le mal; entre le bon et le mauvais. Selon les systèmes politiques autoritaires ou totalitaires, les droits humains appartiennent à l'État et à sa permanence et prévalence.

On ne peut contester que sans la considération d'un Dieu juste, telle sera la justice humaine en Amérique du Nord, telle autre en Amérique du Sud. Telle sera la justice humaine en Chine, telle autre en France et au Liban, telle autre au Venezuela et ainsi de suite. Si l'on croit à une justice de coalition humaine qui s'appuie sur elle-même, alors il y aura autant de versions du droit que de coalitions (voire des polarisations selon les régions du monde). Il y a aussi autant d'éthiques, que de sources derrière l'éthique. C'est ce que l'on peut observer dans l'Histoire et dans le monde actuel.

Mais si la vraie Justice a une source divine, empreinte de compassion et que l'on y puise et s'en inspire de notre mieux, déjà, il aura de nombreux points communs, en quelque lieu, culture et temps que l'on soit. La vraie Justice (le vrai respect des droits) donne à quelqu'un, non pas ce qu'il attend ou exige, mais en fonction de ce qui est juste. Par analogie, dans les sports de compétition, un arbitre ne dit pas à un athlète ou équipier ce qu'il désire entendre, mais ce qui s'aligne sur le code du sport concerné. Ainsi la justice et l'équité (ce qu'ils appellent "les droits humains"), non seulement impliquent un code plus grand mais aussi des responsabilités et non plus seulement des "droits" (exigences, attentes).

En bref, si un Dieu juste à la base des droits et de la Justice n'existe pas, les droits soit malléables et solubles. S'il existe, mais que l'on s'en fout, le résultat est le même. 

Inspiré de la lecture d'un article sur le site catholique gloria.tv: 

Benoît XVI : le concept des "droits de l'homme" est destructeur. (9 mai 2018).


lundi 2 avril 2018

ECR au Québec : le cours Éthique et culture religieuse ira plus loin contre la foi chrétienne

Quel meilleur temps que le long congé de Pâques pour pour ses adversaires, pour se réjouir d'attaquer la foi! Ainsi donc, le programme d'ECR imposé au enfants du Québec (province ou état du Canada) depuis la rentrée scolaire de 2008, ira plus loin  dans la critique des religions (1). Mais il y a un tour de passe-passe. Comme il est de plus en plus difficile de critiquer l'islam et son prophète, et comme le bouddhisme tibétain, plusieurs spiritualités orientales et l'ésotérisme ou les chamanismes amérindiens et autres ont la faveur d'une part importante de nos élites, quelle religion y goûtera selon vous? Réponse: le christianisme, plus que toute autre religion et spiritualité. Car le christianisme n'est pas la religion d'une culture, ni par sa naissance, ni par sa mission. 


Le but du christianisme n'est pas de changer la culture qu'il touche, mais de changer les personnes par un message et une force qui leur est extérieure. Quand les personnes sont changées, la culture est évidemment modifiée petit à petit.

La principale raison qui fait du christianisme la cible principale dans les changements sociaux imposés depuis le haut de la «pyramide» (réingénierie sociale) est que les fondements du christianisme étant opposés à la violence, on ne rencontrera pas la violence que produirait par exemple, une critique de l'islam et de ses traditions, ou on ne rencontrera pas le lobby, médias inclus, des spiritualités ésotériques (ex. ère du Verseau) et orientales comme on l'a vu dans la société québécoise.


Page liminaire d'un livre acheté dans une librairie de livres de seconde main. On y propose les voies des gnoses modernes et postmodernes, où l'on voit la récupération du langage chrétien, mais dans un sens et un but différents (2
). Selon l'approche, le monde quitterait l'ère chrétienne pour entrer dans celle du Verseau où l'ésotérisme règne. Les diplômés universitaires à adhérer à ces croyances sont très nombreux selon une étude réalisée au Québec au début des années 1990.

Très tôt au Québec, fin des années 1980 et première moitié des années 1990, le terme Nouvel Âge (équivalent de l'anglais New Age) a été jugé péjoratif par les journalistes et éditeurs. Assez rapidement, il a été remplacé par l'ésotérisme ou par la désignation de ses courants initiatiques (ex. «anges messagers», le yoga comme entrée pour introduire par étapes certains enseignements de l'hindouisme ou sa version plus light occidentale dans un premier temps, etc.). Mais on parle d'un même phénomène aux multiples approches. L'expression Nouvel Âge est non seulement disparue de nos écrans radars médiatiques, mais la critique aussi, en très grande partie, sauf au cas par cas, où l'on sacrifiait quelques bourgeons ici et là. Ci-dessous, la page couverture, l'endos et un extrait des conclusions d'une étude sur le phénomène au Québec, dans le contexte du début des années 1990. On pourrait tout aussi bien remplacer le titre «Le Nouvel Âge en question» par «L'Ésotérisme en question».





Je me souviens à quel poste de travail j'étais assis, lorsqu' écoutant la radio vers 2008, j'entendis avec soulagement les infos d'un journaliste du Québec qui osait attaquer la charlatanerie médicale très présente dans l'ésotérisme québécois. Mais très vite, en quelques jours, on n'a plus entendu parler de l'affaire dans les principaux médias, et une animatrice d'une émission de radio d'État bien connue à ce moment («... En direct») s'est fait la grande défenderesse de l'ésotérisme utilisant la porte de la santé, dans une série spéciale déjà préparée pour ce genre de situation. Ici, les critiques de l'ésotérisme meurent dans l’œuf et celles du christianisme sont exaltées et recherchées. Et cela s'explique par l'influence de ceux qui en sont imprégnés à divers degrés, sans toujours discerner les illogismes de la démarche. Comme illogismes, par exemple:

  • ne pas croire dans la résurrection et croire dans le karma et la réincarnation
  • ne pas croire aux miracles bibliques ou aux dons spirituels chrétiens, mais croire aux miracles du chamanisme
  • etc.
Horloge analogique, avec pour fond un graphisme satanique en fond. Source de l'image : zazzle.fr, 2 avril 2018


À ce titre,  il ne faut pas confondre le christianisme avec certaines de ses branches historiques. 

À noter au départ, que dans l'ECR, l'approche principale étant la phénoménologie des religions, on cible la religion, ou plutôt les phénomènes religieux comme étant de simples produits de la psychologie humaine et de la culture, sans pourtant considérer les spiritualités comme des religions alors qu'elles ont le même impact sur les structures sociales (ex. sur les droits humains). Ainsi par exemple, on pourra dénoncer un élément d'une foi religieuse comme le christianisme, mais se taire sur le fait que plusieurs dizaines de milliers de diplômés universitaires croient dans les horoscopes,  OU dans les pouvoirs des cristaux, OU dans l'une des nombreuses autres pratiques ésotériques ou spiritualités initiatiques orientales (ex. ce qui entoure le karma et la réincarnation ou la transmigration des âmes).

Prédictions sur le néo-ECR qui s'annonce


  • On critiquera le christianisme et ses écrits mais en évitant de donner la parole à de véritables spécialistes chrétiens. On n'invitera pas les meilleurs spécialistes croyants de la haute critique, justement parce qu'ils ont des réponses et que ce n'est pas ce que l'on cherche, mais un changement de société.
  • On prétendra parler au nom de la Science mais en fermant les yeux sur les impacts majeurs de données nouvelles comme le code génétique. Un code, comme en informatique, implique du codage, du décodage et un programme (intelligence) pour rouler le tout. On fermera aussi les yeux sur la relativité, selon laquelle la Terre depuis le Big Bang, origine depuis un point infime dans un univers en expansion, de sorte qu'elle n'a jamais été sans lumière et que la Genèse judéo-chrétienne ne contredit pas la Science, etc. (lumière-énergie existant avant la fin de la formation des étoiles et des planètes). On taira l'impact de la relativité sur la conception du temps et de l'espace impliquant qu'une forme d'énergie et de lumière ont toujours en quelque «suivi» la Terre (dans un univers en expansion). En fait, la durée du Jour dépend de la vitesse de l'observateur, de sorte qu'un jour sur Terre est beaucoup plus long qu'un jour pour quelqu'un dans un autre espace-temps se déplaçant à très haute vitesse. On ne séparera pas les écrits poétiques et leurs métaphores (ex. les «fondements» de la Terre) et les écrits en prose, dans le but de dénigrer les livres sacrés des chrétiens. On mettra au même niveau des évangiles non chrétiens (ex. promouvant des croyances gnostiques déjà dénoncées par l'apôtre Jean à la fin du premier siècle) et ainsi de suite. 
  • On attribuera aux Lumières ou à des visions non chrétiennes du monde, des valeurs et réalisations sociales chrétiennes majeures.
  • On pourra aussi présenter plus clairement l'agnosticisme et l'athéisme comme des «idéaux» alors que les régimes politiques officiellement athées ont été parmi les plus virulents contre les droits et libertés et contre la prospérité depuis plus d'un siècle (URSS, Corée du Nord, les républiques socialistes, la Chine Rouge, etc.).

Un des buts de tout ceci, dans nos gouvernements est dans un futur proche, d'obtenir les réponses désirées dans les futures consultations publiques, mais surtout de bannir les chrétiens des sphères de haut niveau pour arriver à implanter une société aux valeurs radicalement changées. C'est pour cela, par exemple, que les politiciens croyant à un design intelligent de l'univers et de la vie, dépassant le seul hasard, sont la proie des attaques virulentes des médias, tandis que les sikhs ou musulmans qui croient au design intelligent sont généralement épargnés. C'est pour cela aussi, que ce sont très majoritairement les migrants musulmans d'Irak et de Syrie, entourés de pays musulmans, qui entrent au Canada depuis le Proche-Orient, et non les véritables minorités en réel danger d'élimination, christianisées depuis plusieurs siècles, bien avant le passage des blancs occidentaux et avant l'existence des États-Unis et de l'Angleterre. Le christianisme n'est pas la religion des Blancs occidentaux. Il est la Voie qui a rayonné dans toutes les directions depuis le Proche-Orient, selon l'ordre transmis aux apôtres et premiers disciples du Christ Jésus. 

Payer deux fois pour un travail mal fait, dans l'ECR


On peut s'arrêter ici pour le moment, mais un grand illogisme est que le programme d'ECR mal conçu dès 2008, imposé mur à mur à tous les enfants tout au long du cheminement à l'école, serait dit-on, maintenant «amélioré» par ses anciens concepteurs qui veulent donc être payés deux fois pour un travail mal fait, comme un constructeur ou un mécanicien d'atelier de réparation malhonnêtes. Pour cacher la faute, les penseurs des réingénieries sociales et éducatives dont nous sommes les cobayes depuis trop longtemps, en marche vers un socialisme oligarchique,  prétextent :
  • que c'est à cause des maisons d'éditions, comme si elles n'avaient pas suivi le devis du ministère de l'Éducation (dans son nom abrégé),
  • ou on on dit que le Québec a changé, pour ne pas dire que l'ECR qui met en évidence les différences produit en réalité la division entre diverses religions et vise probablement en réalité à exacerber les différents points de vue pour justifier une ingénierie sociale (socialisme oligarchique) en cours. 

Pourquoi revoir l'ECR 10 ans plus tard? Le chiffre 10 a 2 volets


Non ce n'est pas de la numérologie. Mais le timing de 10 ans après son implantation  pour vouloir aller plus loin dans la critique des «angles morts» de la religion, n'est pas remis sur la scène au hasard. La nouvelle cohorte d'élèves ayant reçu l'ECR comme enseignement durant 10 ans depuis son enseignement obligatoire du primaire au secondaire en 2008, arrive à terme en juin 2018 (6 ans au primaire plus enseigné 4 années sur 5 au secondaire égale 10 ans). On veut donc, le plus tôt possible intégrer la nouvelle cohorte dans le nouveau ECR si possible avant les 2e et certainement avant le 3e cycles du primaire. Car ce n'est pas au début du primaire, où l'approche est plus soft, que se fera le véritable changement significatif, mais vers l'âge de 10 ans. Cet âge est important selon l'Étude 1 du rapport Proulx qui a très fortement recommandé et défendu le présent ECR. Dans cette étude, on soulignait que l'âge de 10 ans est celui où il devient possible de dissocier l'enfant de son clan (l'autorité parentale, le monde adulte de la génération qui le précède, l'entourage culturel, etc.).



Si le but de l'ECR avait réellement été de pacifier les individus et donc la société


Pourtant, si l'on voulait réellement pacifier les individus on créerait en réalité des occasions de se rapprocher sans souligner les différences; ex. des enfants autour d'un ballon de soccer avec des équipes mixtes ou dans des contextes de jeu et de détente. On n'aurait pas besoin de lois spéciales pour protéger une religion en implantation avec son propre droit (ses lois), car la violence est déjà interdite dans notre Code criminel. L'approche qu'est le contrôle absolu du Gouvernement sur la pensée et les valeurs morales est aussi illogique que de dire que si l'on veut se rapprocher de son voisin, il faudrait discuter de (vider le sujet de) nos différences. Bonne chance! Imposer de parler de ce qui nous différencie fait au contraire augmenter les tentions sociales. Et si c'était ce que l'on voulait?

En réalité, pour éviter l'accroissement des tensions sociales, nécessaire pour nous suspendre nos libertés de pensée et d'expression, il faut plutôt abandonner un tel cours, lequel dans un curriculum déjà trop rempli où les enfants n'ont plus de temps pour apprendre à lire l'heure sur une horloge analogique, vole du temps aux matières  ou activités utiles.

Le programme d'ECR (car c'est plus qu'un cours comme il se décrit lui-même aussi dès les schémas de sa genèse) est un Cheval de Troie dans l'éducation, qui sert à autre chose que ce qu'il prétend et qui se sert des enseignants comme de nouveaux agents de l'État.


L'Auteur de cet article est diplômé de théologie avec une Majeure en pratique pastorale, d'un institut franco-protestant canadien.


LIRE  AUSSI du même auteur le court essai en ligne: 

Le consensus antichrétien dans les institutions publiques du Québec

(13 mars 2011)


PAGE DE LIENS vers mes articles traitant du programme (cours) Éthique et culture religieuse:

ÉCR - Éthique et culture religieuse

Le contesté programme d'Éthique et culture religieuse (ECR) au Québec


Ce qui distingue mes textes d'autres interprétations est de NE PAS voir l'actuel cours d'Éthique et culture religieuse comme un produit du multiculturalisme fédéral contrairement à l'interprétation dominante au Québec.

Sauf que l'on sait que qui critique l'islam est accusé d'islamophobie par les grands médias et par groupes sociaux subventionnés. Quelque chroniqueurs font exception. Il ne faut pas s'attendre à ce que cette religion soit critiquée sérieusement, ni l'ésotérisme, sauf des cas d'espèce (abus rendus évidents). Mais gare à la chasse au christianisme. Les armes propagandistes de gauche sont déjà nettoyées et prêtes. Elles seront probablement efficaces dans un Québec désinformé, derrière son mur linguistique qui prive plusieurs personnes de la classe moyenne d'avoir accès à un flot d'informations.

_______________
1.      Daphnée Dion-Viens.  Éthique et culture religieuse: lacunes ciblées dans le contenu.  Journal de Montréal en ligne, 2 avril 2018. Pour la nouvelle. Le reste concernant le christianisme particulièrement à prévoir comme étant une cible importante est une conclusion qui s'impose d'office.

Dans son article, Mme Dion-Viens écrit:
«Au fil des ans, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer le contenu de ce cours qui présenterait les positions critiques par rapport à la religion comme un manque d’ouverture et l’opposition aux accommodements raisonnables comme une forme d’intolérance, voire de racisme. D’autres estiment que les religions n’y sont présentées que sous un angle favorable. « Il faut absolument revoir ça », lance le philosophe Georges Leroux. Au secondaire, le programme devrait faire une plus grande place aux positions critiques, le tout « dans le respect des religions », affirme-t-il, tout comme d’autres experts consultés par Le Journal. « Il ne faut pas seulement regarder la beauté des religions, comme la non-violence ou la charité. Il y a aussi un angle mort de la religion qu’il ne faut pas nier, c’est très important. Le sexisme est très important aussi. Toutes les religions sont sexistes parce qu’elles sont patriarcales. »

2.    Dans l'ésotérisme et les gnoses modernes et post-modernes, les termes comme les anges, le Christ et les symboles de l'Esprit de Dieu comme la colombe, etc. sont souvent récupérés, mais ils prennent un sens différent. Le but est de faciliter l'acceptation du message et des pratiques. 


mardi 27 mars 2018

Stormy Daniels était-elle high à son passage à 60 Minutes pour accuser Donald Trump?

Certains internautes américains ont remarqué que l'actrice porno et accusatrice du président Donald J. Trump, «Stormy» Daniels (son nom de scène), avait les pupilles anormalement dilatées, à son entrevue à 60 Minutes. J'étais sceptique et j'ai vérifié pour vous. 

(dernière modification: 28 mars 2018, 23h28 heure de l'est)

En comparant avec Anderson Cooper, son hôte à l'émission 60 Minutes dans les mêmes conditions d'éclairage, puis avec des photos d'elles-mêmes à d'autres moments, je dois admettre que la nouvelle «justicière» anti-Trump était probablement high; sous influence d'une substance quelconque, pouvant même altérer sa crédibilité ou questionner la démarche. 


«Stormy» Daniels durant l'entrevue, avec les pupilles anormalement dilatées.


Zoom sur une pupille anormalement dilatée de Stormy Daniels durant l'entretien à 60 Minutes avec Anderson Cooper. Tout au long de l'entretien, la pupille est dilatée et non momentanément pour quelques secondes ici et là.


Anderson Cooper, l'hôte de 60 Minutes qui dirige l'entretien avec Stormy Daniels a les pupilles normales pour les conditions d'éclairage d'une entrevue en studio.


Stormy Daniels, en ce qui semblait pour elle, de meilleurs moments. On remarque ses pupilles normales dans des conditions de parution publique.

Voici quelques arguments comiques, dont certains dits scientifiques, que j'ai lus et qui tentent d'expliquer le tout scientifiquement:

  • Les pupilles peuvent se dilater quand on fait appel à la mémoire. Oui mais là, c'est constant durant toute l'interview et non pour quelques secondes ici et là. D'Ailleurs, à certains moments, on observe que ses pupilles occupent presque tout l'iris. Mais on parle ici de la durée.
  • Elle a simplement de plus grands yeux que l'hôte qui mène l'entretien. Je crois que c'est celle de plus mauvaise foi que j'ai lue sur Business Insider. Dans les faits, chaque personne doit être comparée à elle-même; dilatation en proportion de son iris à elle pour l'entrevue sous éclairage versus des conditions similaires. Quand les policiers contrôlent des conducteurs sur la route le soir en leur éclairant les yeux, ils veulent entre autres choses, voir si la pupille réagit normalement à la lumière. Dans le cas contraire, ce peut être un indice de conduite possible sous l'effet de certaines drogues.
  • C'est une fausse nouvelle des sites conservateurs. Réponse: N'importe qui peut retourner voir la vidéo de l'émission 60 Minutes et voir que ses pupilles occupent une très grande partie de l'iris.
  • Certains spectateurs se sont concentrés sur ses pupilles plutôt que sur ce qu'elle a dit. Réponse: on peut faire les deux en repassant la vidéo pour valider après avoir écouté. C'est un autre argument de mauvaise foi. Surtout, si une personne est sur la cocaïne ou sous influence d'une autre drogue, ce qu'elle raconte a peu d'importance, dans le sens qu'elle est moins fiable. Cela soulève aussi toute la question du prétendu détecteur de mensonges qu'elle aurait réussi. Si elle était sous influence de drogues aussi pour cet exercice, le protocole n'a pas été suivi. Le rythme cardiaque pourrait être influencé plus par la drogue que par le contenu du propos.
Dans les faits, nous savons tous que tout ceci est un exercice anti-Trump de plus, comme il en arrive chaque semaine, à l'approche du renouvellement de plusieurs postes élus; exercice au cours duquel, le président élu pourrait perdre la majorité de la Chambre. C'est la véritable raison pour une histoire aussi ancienne sortie des boules à mites.


Ma conclusion sur l'état mental de «Stormy» Daniels au moment de l'entretien de 60 Minutes


Stormy Daniels avait les allures d'avoir consommé une ou des drogues avant l'entretien avec son hôte à 60 Minutes, Anderson Cooper. La voir très volubile, mais probablement dans un état mental altéré, a de quoi susciter de la compassion mais aussi à confirmer des doutes sur la démarche ou ses motivations. «Stormy» (son prénom de scène provient du mot «storm» ou tempête) semble elle-même traverser une tempête ou un temps difficile qui la pousse à chercher une sorte de rédemption OU à faire toutes ces démarches pour des raisons plus ou moins claires, à l'approche des élections de mi-mandat. Ce n'est pas bon tout cela. Et les médias (et éventuels politiques) qui semblent se servir d'elle, devraient s'inquiéter et l'aimer suffisamment pour se soucier de son équilibre personnel. On la sent fragile durant les extraits de 60 Minutes que j'ai consultés. Le fait qu'elle rigole ne semble être qu'un masque, ce que confirmerait aussi l'usage de substances psychotropes pour l'entrevue.

dimanche 11 mars 2018

O.J. Simpson présente plusieurs indices d'être coupable des 2 meurtres, il nous semble

O.J. Simpson s'est presque compromis en 2006, indirectement, mais avec des indices précis, sur les meurtres de Nicole Brown et Ron Goldman dans un entretien avec l'éditrice Judith Regan. L'entretien devait servir à relancer le projet d'édition d'un livre, ‘If I Did It’ (Si je l'avais fait).  Celle-ci affirme que les avocats d'OJ sont entrés en contact avec elle à la demande de leur client. Croyant d'abord à un canular, elle leur a reparlé le lendemain et avait conclu après avoir parlé à OJ : "He had done it" («Il l'a fait»; Judith Reagan). Les faits et la confession de 2006 dite perdue, “OJ Simpson: The Lost Confession?”sont diffusés à FOX dimanche le 11 mars 2018, à 20h.

https://truepundit.com/o-j-simpson-says-hypothetically-mu…/…

(dernières mises à jour : 11 mars 2018 20h30 et 17 mars 2018)

Quel est le but de l'exercice? Est-ce utile et édifiant considérant que la plupart des gens croient déjà qu'il est le vrai meurtrier? Néanmoins, voici quelques faits.

Le soir de la diffusion au réseau FOX, on nous rappelle que le couple avait un historique d'appels téléphoniques logés au 911 par Nicole Brown contre son mari, OJ Simpson


La démarche, avec des extraits enregistrés et des événements et dates, nous rappelle 2 faits importants: 
  • À d'autres occasions AVANT le jour des meurtres, un certain nombre d'appels au 911 avaient été placés par Nicole Brown Simpson
  • Le niveau de violence augmentait à chaque nouvel événement. Lors de l'un de ces appels, Nicole Brown est dehors en panique et elle dit (traduction fr.): «Il va me tuer». 




Un contexte particulier : popularité d'OJ et émeutes récentes de Los Angeles


Nous pourrions et devons apprendre ici comment le contexte social et médiatique (incluant les nouvelles de stars et les fans) peut influencer un procès. 
  1. D'un côté, tout le monde connaît la complexité de Los Angeles dans les relations entre la communauté Noire et la police. 
  2. Et il est trop facile, aujourd'hui, de sous-estimer la popularité du célèbre athlète devenu commentateur sportif et acteur de cinéma et télévision en 1994 au moment où sont commis les deux meurtres.
En 1994, tous les jurés connaissaient les émeutes majeures de Los Angeles de 1992. D'ailleurs, les candidats jurés évalués se désistaient les uns après les autres avant le procès (Jean Sébastien Stehli, Les jurés craquent, Le Point, 1995-1997). Une condamnation de la star dans un procès au pénal (cause criminelle) aurait probablement provoqué des émeutes «antiraciales» et exacerbé les tensions sociales. Comme on le sait, après son acquittement au procès criminel, OJ est pourtant par la suite condamné au civil dans un poursuite intentée par le père de Ron Goldman, pour compensation. Cette fois devant un jury civil, Simpson sera unanimement reconnu coupable en 1997

L'attitude de l'homme en 2006 lors de l'entretien capté sur vidéo


Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que durant l'entretien des supposées confessions, Simpson a réponse à tout, au point que l'on devienne très méfiants sur le ton et le contenu. Il rigole souvent dans sa défense et semble vouloir passer pour le good guy, le bon gars pas seulement costaud, mais aussi qui dévore les livres à 2 ou 3 par semaine (?) malgré un horaire chargé, lequel logiquement ne lui permettrait pas cette cadence. À la question sur la chasse à l'homme déclenchée 3 heures après ne s'être pas présenté à la police, à l'heure et à la date prévues malgré les insistances d'un ami, OJ répond qu'il était simplement dépressif et avait appris à la radio qu'il était poursuivi avant de voir la police dans ses rétroviseurs... Chaque excuse est possible, mais la somme de tout fait que l'argumentaire finit par semer un doute immense et finit par s'écrouler, tel un château de cartes. Tout compte fait, dans le contexte, oj dégage à la fois une froideur et une distance glauques, face au meurtre. Le public et les commentateurs invités finissent par conclure qu'il aurait dû être condamné. Certains lapsus (ou choix de mots exacts?) aussi, le font perdre de la crédibilité. Pas étonnant que la vidéo n'ait jamais été vue par l'éditrice après le montage et qu'elle ait disparu durant une bonne décennie au point d'être présumée «perdue». Les avocats de Simpson ont dû la geler, probablement.


La tristement célèbre Bronco blanche

La version de Judith Regan entendue dans le preview de FOX


Des avocats ont appelé Judith Regan avant l'entretien de 2006. Elle était pressentie pour être l'éditrice pour la relance du projet d'un livre d'O.J. Simpson qui voulait toujours, malgré les réticences rencontrées, raconter son histoire, via sa version déjà écrite par un auteur professionnel. Ils lui ont annoncé que Simpson voulait lui raconter une version du meurtre de son épouse Nicole Brown et du compagnon de celle-ci, Ron Goldman. Elle a d'abord cru à un canular ou encore parler à un dérangé. Ayant rappelé la firme d'avocats le lendemain, le tout lui a été confirmé. Simpson n'aurait, selon cette version, pas accepté d'avouer directement, incapable de faire face à ses enfants. C'est dans ce contexte que lors de l'entretien, l'aveu avait été réalisé au conditionnel, selon entente entre les deux parties (client - éditeur potentiel).

Judith Regan, l'éditrice à l'origine du livre de OJ Simpson, ‘If I Did It' qui a ensuite été remplacé par une autre version.

FOX diffuse les faits nouveaux, dimanche le 11 mars 2018 et la vidéo de la confession dite perdue, “OJ Simpson: The Lost Confession?


Selon le preview de FOX, une confession enregistrée sur vidéo où O.J. Simpson se met «hypothétiquement» dans la peau du tueur, semble soudain décrire la réalité du double meurtre. Dans l'entretien capté sur vidéo remontant à 2006, OJ acceptait de jouer le rôle du criminel et semblait avouer à Judith Regan, éditrice de l'époque avec des détails inquiétants, avoir assassiné Nicole Brown Simpson et son compagnon Ron Goldman. Les détails semblent trop réels pour une improvisation, il nous semble, du moins. Par exemple, «Nicole est tombée et s'est fait mal» ou «il m'a botté le cul». «Je (OJ) lui ai dit tu penses faire du karaté avec moi...». Par exemple, le fait que s'il avait commis le meurtre, il aurait pris un couteau qu'il transportait dans sa Bronco (n'ayant pas le droit de transporter une arme à feu).  Après avoir parlé aux avocats et à Simpson, il ne faisait pas de doute à l'éditrice qu' OJ avait bien assassiné les deux victimes : "He had done it" (Judith Regan). Selon sa version, c'est l'incapacité d'OJ de faire face à ses enfants qui avait fait que l'ex-footballer américain, acteur et commentateur sportif avait choisi le conditionnel (si...) et à cette condition seulement, avait accepté d'enregistrer la confession.

Le retour de la vague sur le double meurtre que FOX attribue à O.J. Simpson


C'est le fait que la vidéo que l'on croyait perdue refasse soudainement surface alors qu''OJ Simpson a 70 ans, qui relance toute l'affaire. Le retour sur les faits et la confession dite perdue, “OJ Simpson; The Lost Confession?”, étant diffusés à FOX dimanche le 11 mars 2018.

Un preview de ce qui est une véritable confession selon FOX, rendue disponible avant la diffusion du 11 mars, laisse entendre une déclaration troublante de la part de Simpson:

«Oubliez tout ce que vous pensez savoir au sujet de cette nuit, car je connais les faits mieux que personne. Il s’agit d’une histoire sur laquelle le monde entier s’est trompé» (voir la photo capturée à ce moment. O.J. Simpson 2006, entretien avec Judith Regan)
«Il s’agit d’une histoire sur laquelle le monde entier s’est trompé»



samedi 10 mars 2018

O.J. Simpson aurait avoué les deux meurtres dès 2006

O.J. Simpson avoue les meurtres de Nicole Brown et Ron Goldman à Judith Regan, éditrice de la première version du livre ‘If I Did It’ (Si je l'avais fait).  Elle affirme dans un entretien d'époque, que les avocats d' OJ sont entrés en contact avec celle, qui a d'abord cru à un canular. Après leur avoir reparlé le lendemain, elle conclut:  "He had done it" («Il l'a fait»; Judith Reagan). Les faits et la confession dite perdue, “OJ Simpson: The Lost Confession?”, diffusés à FOX ce dimanche 11 mars 2018.

Les détails mis à jour ici:
https://yapasdpresse.blogspot.ca/2018/03/OJ-Simpson-aurait-avoue-2006-les-deux-meurtres-a-editrice-Judith-Regan.html


FOX diffusera les faits, dimanche le 11 mars 2018 et la vidéo de la confession dite perdue, “OJ Simpson: The Lost Confession?


Selon FOX, après avoir parlé aux avocats de Simpson, il ne fait pas de doute à l'éditrice Judith Regan en 2006, qu' OJ a assassiné les deux personnes : "He had done it" (Judith Regan). Selon sa version, c'est l'incapacité d'OJ de faire face à ses enfants qui avait fait que l'athlète avait choisi le conditionnel (si...) et avait accepter d'enregistrer la confession.

Le retour de la vague sur le double meurtre que FOX attribue à O.J. Simpson


C'est le fait que la vidéo que l'on croyait perdue refasse soudainement surface alors qu''OJ Simpson a 70 ans, qui relance toute l'affaire. Le retour sur les faits et la confession dite perdue, “OJ Simpson: The Lost Confession?”, seront diffusés à FOX dimanche le 11 mars 2018.

Un preview de ce qui est une véritable confession selon FOX et rendue disponible avant la diffusion du 11 mars laisse entendre une déclaration troublante de la part de Simpson:

«Oubliez tout ce que vous pensez savoir au sujet de cette nuit, car je connais les faits mieux que personne. Il s’agit d’une histoire sur laquelle le monde entier s’est trompé» (voir la photo capturée à ce moment. O.J. Simpson 2006, entretien avec Judith Regan)
«Il s’agit d’une histoire sur laquelle le monde entier s’est trompé»




vendredi 2 mars 2018

Manipulation d'enfants aux fins de la propagande typique du socialisme

On est en train de tuer la démocratie en remplaçant l'équilibre (l'ordre) sociopolitique par les attaques et accusations haineuses. Terrence Williams, un acteur Noir, dénonce la manipulation d'enfants aux fins d'une propagande anti-Trump. Dans une vidéo peu ou pas dénoncée, une panoplie d'attaques haineuses sont lancées par des enfants mis en scène dans une production vidéo visant à détruire une réputation. Si cela est toléré, la cible d'attaques semblables pourrait bientôt être n'importe quelle autre personne dans nos sociétés démocratiques. Un système de Justice digne imposerait aux responsables, en cas de faux témoignages, la sanction visée par les accusateurs. Une question me titille: Qui sont les commanditaires? Car cette production qui abuse l'intellect des enfants est de niveau professionnel.


D'entrée de jeu, de nombreuses attaques et accusations haineuses visent à voler ou contourner la démocratie en décourageant des candidats de s'impliquer politiquement. À cette fin, la gauche socialiste n'hésite pas à manipuler des enfants aux fins de la propagande; ce qui se faisait déjà sous le Parti National-socialiste des travailleurs allemands.

Terrence K. Williams s'étonne sur son fil Twitter @w_terrence, en voyant une vidéo virulente remplie d'accusations lancées contre Donald J. Trump. Il dit en gros: «Ai-je manqué quelque chose!? Suis-je le dernier à voir cette vidéo?». Alors que beaucoup de gens l'ont vue, la question suggère qu'il ne se souvient pas que cette utilisation d'enfants ait été dénoncée et il critique la méthode consistant à instrumentaliser ainsi des enfants pour proférer des propos haineux dont ils ne connaissent pas le sens.




Quand une personne, connue ou non, est publiquement attaquée sans preuve et sans procès, il faut des conséquences, sans que celle-ci ait à payer; ex. interdit de publier si aucune accusation formelle n'est déposée.

Les faux témoins devraient subir la condamnation associée à celle recherchée chez l'autre


Les cas de faux témoignages sont très graves si cela se produit. Un faux témoignage peut tuer socialement une personne en la privant de sa réputation et de ses droits et libertés (ex. perte d'emploi ou isolement social). Dans un système de Justice digne de ce nom, les faux témoins devraient subir la condamnation associée à celle recherchée chez l'autre et avoir un dossier criminel de durée déterminé en proportion de la gravité du ou des faux témoignages.

Par exemple, un accusateur public affirme que tel homme a agressé des femmes. Mais ils ne porte pas plainte à la police avec faits à l'appui. Parce que l'accusateur ne fournit pas de fait et ne dépose pas de plainte, la publication devrait être interdite. Si il s'avère que celui qui porte des accusations est en fait un faux témoin qui vise à nuire, il devrait légalement subir la peine qu'il cherche à produire contre l'autre, même si c'est contre une personne qui n'a pas les moyens financiers de le poursuivre.

Donc, si la conséquence (en cas d'agression sexuelle par exemple) aurait été la prison, alors le faux témoin devrait subir cette peine et comme faux témoin, hériter d'un dossier criminel. Il en irait de même pour une personne qui accepterait de donner un faux témoignage ou de produire de fausses accusations à la demande d'une autre; par exemple, une femme accepte de dire qu'elle a été harcelée pour se venger ou pour en tirer un avantage (aide, argent, attention médiatique ou notoriété, etc.).

Dans l'attaque mentionnée qui sert de départ, des enfants sont utilisées dans une production vidéo visant à nuire à un homme public que tous connaissent. Mais cela pourrait arriver contre n'importe quel personne connue, dans les faits. Une attaque accumulant une allégation après l'autre est lancée. Mais aucune accusation formelle légale n'est déposée et les faits ne sont pas démontrés.








Il en va dans le cas présent, de la démocratie et des fondements de la société. La conséquence prévisible est que le système politique soit détourné en éjectant des personnes sans autre fondement que des accusations sans procès. Le même phénomène s'applique à la vie et à la structure sociale; par exemple en voulant faire éjecter un employé ou un dirigeant ou atteindre à sa réputation.

L'utilisation des enfants à des fins de propagande n'est ni un fait nouveau, ni un fait rare chez certaines idéologies


Image servant à promouvoir les Jeunesses hitlériennes, le club école du National Socialism en Allemagne avant la Deuxième Guerre mondiale

Vers 2007-2008 Utilisation Démocrate



Pour l'élection de Barack Obama, des enfants scandent le slogan Yes We Can (1).

Quand des enfants scandent ou chantent en premières lignes, des slogans politiques




Les artistes anti-Trump

Ci-dessous (photo), groupe des jeunes danseurs du Studio Party Time de la ville de Quebec avec Roger Waters (Pink Floyd), utilisés idéologiquement, lors de son sepctacle au Centre Videotron de Québec, le 6 oct 2017. Les jeunes de la troupe ont été recrutés à deux semaines d'avis pour promouvoir une idéologie politique avec ou sans leur permission consciente du sens véritable de la démarche. Le poing levé de cette façon représente la révolution et le remplacement du système en place. Le slogan du chandail ("RESIST" = Résistez) fait partie de la mouvance anarchiste ou proche, dont on connait aussi le slogan récent: "BECOME UNGOVERNABLE" ou "BE UNGOVERNABLE" (Soyez ingouvernables) ce qui représente bien l'anarchisme.


Crédits photo : lls ont dansé avec Roger Waters, Journal de Montréal (web), samedi 7 octobre 2017


Conséquences politiques et sociales des accusations non prouvées


Pour ces raisons, ici c'est la gauche qui fait peur, même lorsqu'elle s'attribue le qualificatif de «démocrate». Car dans une telle approche de lynchage sans procès,

  • on renie le choix des électeurs (les électeurs connaissaient la réputation bonne ou mauvaise de Donald Trump) et en attaquant une personne avec des accusations haineuses dont on ne fait pas la preuve, on mine le fondement du droit et de la démocratie (dans l'exemple aux États-Unis, mais cela peut arriver dans d'autres États démocratiques). 
  • On enseigne aux enfants que seul le but et non les faits et les conséquences sur les autres ont de l'importance. 
  • À la limite, sur la base de l'esprit de cet exemple vidéo propagandiste, un gouvernement et une structure sociale pourraient être remplacés sans guerre civile et sans que le putsch (coup d'État) soit perceptible aux yeux de la majorité des personnes composant une société. 
Imaginez ensuite les conséquences pour les gens, d'être dirigés par de tels individus ou groupes pour qui les faits et la vérité sont relatifs, mais pour qui seulement leur avancement et leurs idéologies prime. On est en train de tuer la démocratie qui migre vers une oligarchie et ce n'est qu'un exemple de plus.

La question des producteurs et commanditaires de la vidéo anti-Trump utilisant des enfants à des fins de propagande se pose


Qui a produit cette vidéo? Ce n'est pas du niveau amateur. Selon moi, les intérêts sont dans les paroles et images de la clip, il ne reste qu'à mettre des noms de groupes d'intérêts.

______________
1.     Depuis des années déjà durant la candidature d'Obama de 2017-2018, l'introduction musicale de la série TV animée pour enfants, Bob The Builder, avait le thème (intro musicales) Yes We Can! (trad. Oui on peut! dans la version française). Ce n'était pas l'invention du siècle comme slogan politique; pratiquement une récupération inconsciente de ce qui jouait chaque matin à la télé, les jours de semaine chez les familles avec de jeunes enfants.

mardi 20 février 2018

Un pont pour la capitale à l'approche de fin de vie du Pont de Québec centenaire: une nécessité

Un nouveau pont ne serait pas urgent selon certains politiques. Ou nous ne serions pas capables de construire un nouveau pont pour la ville de Québec sur le système autoroutier, dans un délai de 7 ou 8 ans études incluses. Je refuse de le croire. 




La ville de Québec est la capitale gouvernementale du Québec (un État de la fédération canadienne) et un centre majeur pour la Province de Québec en tant que capitale et en matière 
  • de services gouvernementaux (siège des différents ministères du Québec)
  • d'institutions de santé majeures (grands hôpitaux avec des spécialités pour desservir les régions à l'est de Montréal) pour lesquels un accès fluide doit être garanti pour des raisons évidentes (accès garanti aux clients, accès rapide aux spécialistes et travailleurs de la santé et de soutien)
  • de sièges sociaux ou bureaux d'entreprises importantes, des entrepôts régionaux, etc.
  • de commerces majeurs interrégionaux
  • le dernier lien routier inter-rives rapide possible, pouvant relier par le système autoroutier régions au nord et au sud du Fleuve Saint-Laurent, à l'est de Trois-Rivières...
  • Un centre touristique et historique majeur
  • Et plus

L'un de nos deux seuls ponts situés au même endroit à l'ouest, soit le Pont de Québec, est déjà centenaire et approche de sa fin de vie. Et nous nous disons un modèle mondial en diverses matières. On est dans la misère. Faisons venir des ingénieurs Chinois, et vite.


Dans l'encerclé, le Pont Pierre-Laporte à l'ouest (gauche) et le Pont de Québec juste à côté à l'est (droite). Crédits image: Google Maps selon l'état des lieux vers 2015.


Ci dessous, une vue des deux ponts voisins, selon une capture depuis Google Maps - Street View depuis la rive nord. Au premier plan, le Pont Pierre-Laporte a eu 45 ans en 2015) et au second plan, le Pont de Québec centenaire.

Au premier plan, le Pont Pierre-Laporte inauguré le 6 novembre 1970 et ouvert à la circulation le lendemain (ICI Radio-Canada 6 nov. 2015). reliant Québec à Lévis et à la Rive sud. À l'arrière-plan, le Pont de Québec centenaire et la Rive Sud. Crédits photo : Google Maps - Street View, photo datant de vers 2015.