mercredi 25 décembre 2013

Reportage sur la radicalisation des jeunes musulmans en Grande-Bretagne

Un musulman de Grande-Bretagne, tente de retracer le cheminement qui a conduit son demi-frère vers un Islam radical (ou serait-ce l'islam éventuellement appliqué avec la charia?).



  • Lorsqu'un homme ivre est pris à partie et frappé, ce militant islamiste justifie l'agression par le fait que l'homme a violé la loi de l'islam en s'ennivrant, ce qui justifie la réaction («mais vous êtes ivres»).
  • Vous remarquerez aussi que lorsque les islamistes se font provoquants envers la foule, ils ne sont pas embarqués par les gendarmes, mais lorsque des non-islamistes réagissent, ce sont eux qui se font censurer, voire embarquer.

HUMOUR: Vœux de Noël et du Nouvel An (Québec et Monde 2013-2014)

(FICTIF) PAR QUELQUES PERSONNALITÉS OU GROUPES

  • Pauline MAROIS, première Première ministre de la province de Québec:

«Mes chers sujettes et sujets, 
verbes et compléments,
Je vous souhaite un très joyeux Solstice d'hiver
Et profitez de ce temps d'arrêt, 
Pour prendre du recul».


  • Ministre Véronique HIVON, du Parti Québécois (marraine du projet de loi sur la fin de vie):

«Aux vieillards et aux malades, jeunes et vieux,
Je souhaite une fin de vie rapide et sans douleur.
Et à ceux qui restent, je promets
plus de lits disponibles,
dans nos hôpitaux, hospitaliers, du beau pays du Québec».


De la part des personnalités ou groupes connus pour de moins bonnes raisons:


  • Kim Jong-UN, président à vie de la Corée du Nord

«Dans mon nom, UN ne signifie pas "United Nations (ONU)"... 
Lesquelles je veux qu'elles me lâchent les baskets.
Que je sois bien compris.
Je vous souhaite, ainsi qu'à tous mes oncles et proches, 
À tous ceux qui respirent, 
de vous la fermer»


  • Ku Klux Klan (KKK)

«I'm dreaming of a white Christmas...»
For all the Earth
(Je rêve d'un Noël blanc
Pour toute la Terre)

lundi 23 décembre 2013

Infographie : Euthanasie – La vérité, les faits, les chiffres COMMUNIQUÉ et Infographies (2014)

EN 5 TABLEAUX. Un communiqué de l'organisme VIVRE dans la Dignité [...]
(dernière édition : 21 avril 2014)

Selon les médecins de Vivre dans la Dignité, le Gouvernement du Québec ne vous a pas dit ce qui suit:

L’euthanasie – La vérité, les faits, les chiffres


Légaliser « l’aide médicale à mourir » (Projet de loi 52)? 
Le gouvernement du Québec ne vous a pas dit que…
  • La médecine moderne peut soulager toutes les douleurs.
  • « L’aide médicale à mourir », c’est l’injection d’un poison qui provoque la MORT IMMÉDIATEMENT.
  • « L’aide médicale à mourir », c’est de l’euthanasie (légalement un homicide), interdite par le Code criminel.
  • En légalisant « L’aide médicale à mourir », le Projet de loi 52 ne résout pas les problèmes d’accès aux soins palliatifs. Il n'injecte aucune ressource supplémentaire dans le système de santé.
  • Les dispositions du Projet de loi 52 qui visent à légaliser l’euthanasie sont inconstitutionnelles.
  • Le Projet de loi 52 endommagera irrémédiablement le système de santé.
  • Légaliser « l’aide médicale à mourir », c’est du droit criminel.
  • Seul le Parlement fédéral peut légaliser l’euthanasie.
  • Les mécanismes de la Commission de surveillance ne donnent pas de suffisamment de garanties pour la sécurité des patients.
Prétendre le contraire, c’est tromper la population et les députés.


Les chiffres


  • 88 % des médecins en soins palliatifs sont contre le Projet de loi 52.1
  • 67 % des Québécois ne comprennent pas ce qu’est « l’aide médicale à mourir ».2
  • 69 % des Québécois n’ont pas accès aux soins palliatifs.3
  • 25 % des Québécois n’ont pas de médecin de famille.4
  • 34 % des Montréalais n’ont pas de médecin de famille.5
Le Projet de loi 52 est calqué de très près sur la loi belge.


Morts en 2012


Belgique
1 % 6 (1 432)7 décès causés par l’euthanasie. 

Pays-Bas

3 % 8 (4 188)9 décès causés par l’euthanasie. 

Québec

60 80010 morts. On aurait vu entre 608 et 1 824 morts dues à l’euthanasie selon que l’on applique les pourcentages de la Belgique ou des Pays-Bas.


Dérapages


  • 47 % Euthanasies en Flandres (Belgique) non rapportées.11
  • 31 % Euthanasies en Flandres (Belgique) réalisées sans le consentement explicite du patient.12
  • 78 % Euthanasies en Belgique réalisées sans consentement où l’on n’en a même pas parlé avec le patient.13
  • 22 % Euthanasies en Belgique réalisées par les infirmières (ce qui est illégal).14
  • 23 % Greffes de poumon en Belgique provenant de donneurs tués par euthanasie.15
  • Jumeaux sourds euthanasiés parce qu’ils devenaient aveugles16 – Belgique.
  • Transsexuel euthanasié parce que son opération a été ratée17 – Belgique.
  • Dame euthanasiée parce qu’elle était en dépression, famille pas avertie18 – Belgique.
  • Dame euthanasiée parce qu’elle faisait de l’anorexie19 — Belgique.
  • Dame euthanasiée parce qu’elle devenait aveugle et elle ne pouvait plus voir la saleté20 – Pays-Bas.


L’euthanasie dans le monde


En 2013, l’Association médicale mondiale (AMM) s’est prononcée contre la légalisation de l’euthanasie21. AMM : 106 états membres22, représentant plus de 9 millions de médecins.
  • 196 pays dans le monde23. 3 pays où l’euthanasie est légale.
  • 99.6 % population mondiale protégée par la loi contre l’euthanasie. 0.4 % population mondiale non protégée contre l’euthanasie.24
D’après l’Organisation mondiale de la santé, les soins palliatifs ne sont destinés ni à hâter, ni à retarder la mort.25

Vote en février 2014 [reporté en raison des élections du printemps 2014]

Demandez au plus vite à votre député(e) de voter contre le Projet de loi 52.
Vous pouvez facilement contribuer à prévenir cette catastrophe et ses victimes: contactez votre député au plus vite pour l'informer de ces faits qu'il ignore probablement. Le vote final aura lieu en février 2014.

Références

  1. Canadian Society of Palliative Care Physicians. http://www.chpca.net/news-and-events/news-item-34.aspx.
  2. http://www.newswire.ca/en/story/1231511/l-aide-medicale-a-mourir-au-quebec-un-homicide-donc-inconstitutionnelle-objections-majeures-des-opposants
  3. INRS. http://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/472-soinspalliatifsquebec.pdf
  4. Canadian Family Physician. http://www.cfp.ca/content/53/11/1871.full
  5. http://www.msss.gouv.qc.ca/documentation/salle-de-presse/medias/Sondage%20Montr%C3%A9al%20-%20%20Accessibilit%C3%A9%20aux%20m%C3%A9decins%20de%20famille.pdf
  6. 1% est un chiffre conservateur et ne tient compte que des euthanasies rapportées. Statistiques belges de population et décès. http://www.indexmundi.com/belgium/demographics_profile.html
  7. http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-25364745
  8. http://www.dailymail.co.uk/news/article-2430479/One-thirty-deaths-Holland-euthanasia-choosing-end-lives-cancer.html
  9. http://www.dailymail.co.uk/news/article-2430479/One-thirty-deaths-Holland-euthanasia-choosing-end-lives-cancer.html
  10. Institut de la statistique du Québec. http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/bulletins/coupdoeil-no26.pdf
  11. British Medical Journal. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2950259/
  12. Canadian Medical Association Journal. http://www.cmaj.ca/content/182/9/895.short
  13. Canadian Medical Association Journal. http://www.cmaj.ca/content/182/9/895.short
  14. Canadian Medical Association Journal. http://www.cmaj.ca/content/182/9/905.full
  15. http://www.applied-cardiopulmonary-pathophysiology.com/fileadmin/downloads/acp-2011-1_20110329/05_vanraemdonck.pdf
  16. http://www.dailymail.co.uk/news/article-2261985/Belgian-twin-brothers-killed-doctors-choosing-euthanasia-able-again.html
  17. http://www.dailymail.co.uk/news/article-2440086/Belgian-transsexual-Nathan-Verhelst-44-elects-die-euthanasia-botched-sex-change-operation.html
  18. http://www.mercatornet.com/articles/view/how_my_mother_died
  19. http://www.bioedge.org/index.php/bioethics/bioethics_article/10388
  20. http://www.dailymail.co.uk/news/article-2448611/Blind-Dutch-woman-euthanised-loss-sight.html
  21. Résolution de l’AMM sur l’euthanasie. http://www.wma.net/fr/30publications/10policies/e13b/index.html
  22. AMM états membres. http://www.wma.net/fr/60about/index.html
  23. http://geography.about.com/cs/countries/a/numbercountries.htm
  24. http://en.wikipedia.org/wiki/Demographics_of_Luxembourghttp://en.wikipedia.org/wiki/Demographics_of_Netherlands http://en.wikipedia.org/wiki/Demographics_of_Belgiumhttp://en.wikipedia.org/wiki/World_population
  25. OMS. http://www.who.int/cancer/palliative/definition/en/#
Publié par 

dimanche 22 décembre 2013

Chlick-chlik! Carte de paiement pour faveur sexuelle express

OU les McFemmes. Je m'excuse, mais croyons-nous vraiment que les prostituées seront mieux protégées et moins exploitées par les personnes organisées, suite au jugement de la Cour Suprême du Canada? 

Avec le fisc qui va vouloir prélever ses taxes et impôts ET le désir d'anonymat des clients, le marché clandestin va continuer de fleurir dans tous ses sens (bactérien et viral aussi). C'est feindre aussi d'ignorer le mal être et le lien rapproché entre la toxicomanie et l'acte sexuel rémunéré. Les femmes qui font le choix éclairé et vraiment libre de la prostitution pour «vivre» sont rares, selon les organismes qui travaillent avec celles-ci. Souvent, elles souffrent la perte d'une juste image de soi. Voulant jouer aux cools, les juges de la plus haute instance juridique du pays démontrent qu'ils ont perdu la référence avec ce qu'est la réalité de la dignité humaine.

J'ai en quelques années, vu une jeune fille d'une ville en région dont je soupçonnais que la mère se prostituait, sur le point de suivre ses traces à l'adolescence. Une conversation entre la mère et une autre femme à l'entrée d'un centre commercial est venue confirmer les activités de la mère au su de sa fille qui devait avoir maintenant 16 ans. Bel héritage culturel... Comment le choix de cette adolescente qui a grandi dans ce milieu dès l'enfance, pouvait-il être éclairé et épanoui? C'est le modèle qu'elle avait de sa mère. Dans notre voisinage, un jeune garçon vers l'âge de 10 ans, initiait à la fellation des enfants de son voisinage plus jeunes que lui. Liberté, dites-vous? Il reproduisait ce qu'il apprenait.

Crédits :  http://blogues.journaldequebec.com/ygreck/ 20 décembre 2013

La réalité du terrain

Pour Rose DUFOUR qui travaille avec La Maison de Marthe qui vient en aide à ces femmes, les juges devraient se prostituer au moins une journée pour connecter avec la réalité:
«Il faudrait les amener avec nous [sur le terrain] ou leur faire pratiquer la prostitution une seule fois, ils auraient peut-être une opinion différente, poursuit-elle. C'est la manifestation de l'ignorance la plus parfaite» (1).

Dessine-moi ton métier

«Que veux-tu faire quand tu sera grand», demandera l'éducatrice à sa classe de cinquième du primaire de Montréal? Une petite fille à l'école dessinera un acte sexuel explicite. Pourra-t-elle prétendre qu'elle veut se prostituer pour faire de l'argent, sans que la DPJ (organisme de protection de l'enfance) puisse intervenir, puisque les dirigeants prétendront que ce sera un métier, que dis-je, une profession comme les autres? Des recruteurs passeront dans nos écoles secondaires pour en faire la promotion ou celle d'un programme de formation... Sans oublier les stages étudiants, rémunérés ou non. Cela n'a aucun sens. Nos sociétés ont la boussole déréglée, depuis la tête jusqu'à la... queue; de l'élite aux clients réels ou potentiels. Elles ont perdu la référence avec ce qu'est la réalité de la dignité humaine.

La cour Suprême continue de créer du droit

En invalidant les lois interdisant la prostitution, la Cour Suprême continue de créer le droit et non de l'appliquer. Ce ne sont plus les parlements qui dirigent, mais les interprétations libres et élastiques des chartes et des juges.
_______________
Oliver PARENT. Une «promotion de la prostitution» par les juges. Journal Le Soleil. Samedi 21 décembre 2013, p. 2.
Aussi dans LaPresse.ca
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201312/20/01-4723059-une-promotion-de-la-prostitution-par-les-juges.php

Noël : chanson «Mary Did You Know?» (Marie savais-tu?)

Mary did You Know avec adaptation française
en bas de page.
En reprise. À l'occasion de l'approche de Noël, je vous propose cette chanson en 2 versions. Le sens de Noël pour les chrétiens du monde.

Le chant Mary Did You Know vous est offert plus bas en interprétation par Clay Aiken et en version rock par le groupe Kutless.

Paroles de Mark Lowry (1984) sur une musique de Buddy Greene (1992).

VOIR Adaptation en français en bas de page


Interprétée par Clay Aiken


Interprétée en version soft rock, par le groupe Kutless

Mary Did You Know - Marie, Savais-tu? 
Une adaptation en français


Marie, savais-tu, qu'un jour ton petit marcherait sur les eaux?
Marie, savais-tu, qu'un jour ton enfant délivrerait nos âmes?
Savais-tu qu'Il est arrivé pour te renouveler?
Tu lui a donné naissance, Il te donnera la Vie.

Marie, savais-tu, qu'un jour ton petit guérirait les aveugles?
Marie, savais-tu, qu'un jour ton tout petit calmerait les tempêtes?
Savais-tu qu'Il s'est promené avec les anges du Ciel,
Qu'en embrassant son visage, tu touchais la face de Dieu?

L'aveugle voit, le sourd entend
Les morts reprennent vie,
Les boiteux courent, les muets chantent
«Gloire à l'Agneau!»

Marie, savais-tu, que c'est ton petit le Créateur du monde?
Marie, savais-tu, que ton cher petit régnera sur la Terre?
Savais-tu que c'est ce petit, l'Agneau chéri de Dieu,
Que cet enfant que tu berces, est le grand JE SUIS?

lundi 9 décembre 2013

MANDELA: effets de sa présidence

L'effet MANDELA n'a-t-il eu que du positif? Ou le pays est-il aussi devenu sous sa présidence, un nouvel échec de l'implantation du marxisme, sans avoir à le nommer (un néo-marxisme construit de façon modulaire)? Si cela s'avérait vrai, MANDELA ne serait pas le premier trompé par l'idéalisme des théories socio-économiques d'extrême gauche (comme pour d'autres d'extrême droite économique). Voici une opinion alternative à celle largement véhiculée; remettant en question le héros auquel je tends à croire depuis l'école, toutefois avec un certain B-mol depuis 2012 (1). De nationalité française, Bernard LUGAN est historien de l'Afrique, y est né et y a enseigné plusieurs années au niveau universitaire.

Nelson MANDELA: l'icône et le néant (6 décembre 2013)
sur Bernard LUGAN. Blogue de l'actualité africaine. http://www.bernardlugan.blogspot.ca/2013/12/nelson-mandela-licone-et-le-neant.html

Winnie et Nelson MANDELA à Moscou, en présence de Yossel Mashel
(alias « Joe ») SLOVO, alors chef du Parti communiste sud-africain.

AUTRE TEXTE : 
WINNIE (film 2012) l'épouse par qui Mandela est devenu connu mondialement (7 déc. 2013)
http://yapasdpresse.blogspot.ca/2013/12/winnie-film-2012-lepouse-par-qui.html


_______________
1.  Mon B-mol avant le décès de l'homme:
  • Entre autres, le rôle joué par son épouse et ceux du dehors, sans lesquels il serait demeuré une personnalité nationale inconnue de la majorité du reste du monde. Plusieurs autres ont combattu (son épouse Winnie incluse) sans devenir un héros international.
  • Autre point, le mythe d'une société unie et ce qui peut ressembler à une tuerie tranquille et organisée de fermiers blancs dont les médias ne parlent pratiquement pas. La récente et actuelle histoire de l'Afrique du Sud ressemble à celle de la révolution d'Haïti (mais au ralenti) et d'autres pays qui ont connu la colonisation. Évidemment que l'esclavage OU la ségrégation sont méprisables. Mais on constate que quand ces pays ont massacré ou mis dehors les blancs et investisseurs, ils ne sont pas devenus des pays d'abondance mais ont connu le déclin. En Afrique du Sud, il n'y a pas cette harmonie supposee entre tous les natifs non plus. 
  • Il faut admettre la une différence entre 
    • faire la paix en obtenant la justice et 
    • générer le chaos économique. 
SANA APPUYER L'ENTIERETE DE LA THESE DEFENDUE, ON PEUT DEMEURER CRITIQUE. IL Y A EU DES HEROS AFFRONTANT L'APPARTEID. MAIS MANDELA A EU WINNIE...

samedi 7 décembre 2013

WINNIE (film 2012) l'épouse par qui Mandela est devenu connu mondialement

Winnie MANDELA: le destin du sacrifice

Le jeudi 25 décembre 2013, un grand activiste non violent en la personne de Nelson MANDELA, nous a quitté. Mais il ne faudrait pas penser que la libération de l'Afrique du Sud n'est venue que par lui. Avant de voir ce film en 2012, nous ignorions, mon épouse et moi, le rôle majeur joué par son épouse WINNIE, lorsque son mari fût emprisonné pendant une génération. Le prisonnier politique est passé de statut connu de niveau national à une popularité internationale sous l'effort de WINNIE et des militants qui poursuivaient sa lutte au dehors.


Le film WINNIE (2012) raconte la touchante histoire d'amour entre Winnie MADIKIZELA (Jennifer Hudson) et Nelson MANDELA (Terrence Howard), sous l'angle incontournable du militantisme et de la lutte, selon leur choix de vie. Nous y voyons des extraits de leur histoire précédant l'arrestation de Mandela, puis la répression du régime, l'arrestation du leader, la vie de Winnie, sa montée et ses tribulations, les rivalités entre extrémistes et pacifistes, les réactions de MANDELA depuis sa captivité. 

C'est à travers de grands sacrifices personnels que l'Histoire peut changer pour le mieux. Cela a toujours été. On ne peut s'empêcher de conclure le film, touché par ces vies données pour les autres. Mais dans une existence humaine, il y a de la lumière et des ombres.

VOIR ma critique sur MonCineMedia.blogspot.ca

Winnie (Mandela) Bande annonce en français (2012)

vendredi 6 décembre 2013

Tuerie misogyne à l'école Polytechnique de Montréal, Il y a 24 ans, 6 déc. 1989

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine, né Mohamed Gamil Gharbi, d'une mère québécoise et d'un père algérien, tuait sélectivement à l'arme à feu 14 jeunes femmes étudiantes en génie (aucun homme), à l'école polytechnique de Montréal.

Selon les témoins direct du drame, le jeune homme âgé de 25 ans, séparait les hommes des femmes et tirait sur ces dernières.  En ce triste anniversaire, ayons une pensée pour les victimes et pour celles qui ont survécu. N'oublions pas aussi certains des hommes qui vivent avec le remord de ne pas s'être jetés devant les balles, mais aussi particulièrement, pour la mère qui est elle aussi femme et victime.

Négos: Maire Labeaume pris à son piège par le président de la FPPVQ?

UNE VOIE À SUIVRE? PEUT-ÊTRE...

Extrait du Journal de Québec du vendredi 6 déc. 2013:
«Dans le but de favoriser la transparence la plus totale, le chef de la Fraternité des policiers de Québec suggère aux journalistes de lui confier leurs enregistreurs pendant son tête-à-tête de ce matin avec le maire Labeaume. 
(...)«De cette façon, les journalistes pourront avoir une idée précise de la teneur des échanges entre la FPPVQ et le maire» (...) 

vendredi 22 novembre 2013

John F. Kennedy, les indices d'un complot d'assassinat persistent

TIREUR AGISSANT SEUL ET DÉSÉQUILIBRÉ? COMPLOT? OU COUP D'ÉTAT?

Cette semaine, le 19 novembre 2013 à 20 heures, Télé-Québec (1) nous a présenté «Kennedy», un documentaire sur l’assassinat du président John Fitzgerald Kennedy (JFK) le 22 novembre 1963 à Dallas aux États-Unis. Dans ce documentaire du National Geographic, le journaliste Max Holland présente la thèse du tireur unique isolé. Dans le documentaire même, on note une déclaration d’un témoignage clé qui dure quelques secondes mais qui démolit la thèse du tireur unique avec une simple carabine à culasse. (dernière modification : 26 novembre 2013)
Voici ce que le documentaire reprend sans l'intégrer dans un ensemble logique: La preuve d’au moins 2 tireurs peut aussi se faire par le même documentaire du National Geographic (Max Holland) qui retient la thèse qui la discrédite.

Image extraite du film amateur de Zapruder
(22 nov. 1963).  Le président est touché par 
une première balle entrée par l'arrière de son
cou et ressortie par l'avant de celui-ci. et 
semble éprouver des difficultés respiratoires
ou un malaise.
Un témoignage-clé du reportage du film de Max Holland, et de l’enquête initiale (1963-1964), est celui d’un homme qui était âgé de 15 ans au moment des faits en novembre 1963. Il assistait au défilé du cortège, d’un point situé près de l’entrepôt d’où Oswald est présumé avoir lui-même tiré, du sixième étage du dépôt de livre. Le jeune homme était ainsi positionné à l'intersection des rues Houston et Elm, tout près du point où la décapotable a ralenti à 18 km/h pour négocier un virage serré en prenant sur Elm Street dans le secteur de Dealey Plaza. 

Or à un point crucial du témoignage livré dans le film, par celui qui est maintenant un homme d’âge mûr, ce dernier nous donne audiblement la cadence des coups. De sa position, il en a entendu trois. Mais c’est le rythme qui importe. Première détonation – pause | Deuxième et troisième détonations très rapprochées, espacées de moins d’une seconde, rappelons-le, avec une carabine à culasse et le temps nécessaire pour viser.  C’est à ce point-ci que la thèse principale du documentaire s’écroule. Sans s’en rendre compte, le producteur insère ainsi dans son propre documentaire, une déclaration d’un témoin clé de l’époque, qui rend impossible deux coups de feu (balles dites B et C) en moins d'une seconde tirés d'une seule arme à culasse actionnée manuellement.
L'arme de Lee Harvey Oswald qui aurait permis le meurtre de Kennedy, selon la thèse du tireur unique et déséquilibré. Les deuxième et troisième coups (thèse du tireur unique déséquilibré mentalement) ont été tirés pratiquement en même temps, ce que ne permet pas ce modèle à culasse.

vendredi 15 novembre 2013

Meutrier Guy Turcotte, pardon ou justice?

Richard Martineau, chroniqueur à une émission matinale d'une radio privée de Québec, le 14 novembre 2013, affirmait que l'échec du premier procès de Guy Turcotte, le chirurgien qui a tué ses deux enfants, provenait des racines catholiques québécoises des jurés et de la société. Il faut vraiment avoir raté 50 ans d'histoire du Québec, au moins (ne pas avoir compris), pour faire de telles déclarations sans fondement.

Premièrement, je lui rappellerai que quand une version du catholicisme au Québec, et du protestantisme traditionnel (hors Québec) étaient à leur apogée, la peine de mort pour les cas comme Guy Turcotte était pratiquée au Canada.

jeudi 14 novembre 2013

Nouveau procès pour le Dr Guy TURCOTTE (JECKILL & HYDE version du Québec)

14 nov. 2013 - Cette cause n'est pas l'affaire d'une mère, mais l'affaire de toute la société post-moderne. La mère des deux jeunes enfants assassinés, elle-même urgentologue, Isabelle Gaston, a accordé une entrevue radiophonique à Dutrizac, le 13 novembre 2013. Malheureusement, l'entrevue mettait un fort accent sur les sentiments d'une mère et pas assez sur un besoin supérieur de la société. 

Guy TURCOTTE, l'ex-chirurgien cardiologue, a tué à l'arme blanche (...) ses deux bambins en 2009. Il avait par la suite été jugé NON criminellement responsable, lors d'un premier procès. La couronne lui impose un second procès. Il y aurait eu erreur judiciaire lors des directives du juge aux jurés, sur l'impact du produit consommé versus la responsabilité criminelle. 

(mise à jour 14 novembre 2013, 19:12)

La mère des jeunes victimes, Isabelle GASTON, a déclaré qu'il n'y aura jamais de gagnant dans cette affaire, car rien ne pourra réparer le mal qui a été fait. Mais en réalité, le nouveau procès n'est pas pour satisfaire une mère elle aussi victime, mais pour toute la société. Il faut voir plus grand que le noyau familial du drame en question. Car le premier procès qui a déclaré le médecin assassin, non criminellement responsable, a ajouté ainsi un cas de plus à la jurisprudence (qui sert maintenant de référence pour d'autres où les problèmes mentaux se mêlent à la consommation) en matière de consommation d'un produit dangereux (liquide lave-glace bleu) lié à un acte criminel (1). Pour plusieurs (je tends vers cette hypothèse), Guy Turcotte aurait en réalité voulu punir sa femme pour l'avoir trompé avec un ami de la famille.

L'histoire rappelle un ancien film des premières décennies du cinéma, «Dr. JECKILL & Mr. HYDE», Hyde avait deux personnalités, le M. HYDE gentil et le méchant JECKILL lorsqu'il consommait sa solution chimique  (Jeckill et Hidehide = Jeu de mot pour caché et Jeckill, pour kill, tuer). Nous avons ici Dr Turcotte et M. Alter Ego (traduction: «autre Moi»).
Un docteur devient méchant  après avoir bu un liquide. Cela
rappelle un certain médecin chirurgien, dans une histoire de double
meurtre d'enfants au Québec.
Crédits image: affiche du film Dr. Jekyll and Mr. Hyde, film
original de 1931, suivi de plusieurs remakes et même de séries TV.
Image trouvée sur IMDb. Étrangement, la même année 1931 a vu
naître les films Dracula et Frankenstein, qui ont aussi marqué l'imaginaire
dans le genre cinématographique.
_______________
1.  Tous les jugements font partie de la jurisprudence pour guider les causes suivantes dans le temps. Depuis quelque temps au Canada, la consommation de drogues ne peut plus être utilisée pour déresponsabiliser les criminels. Cependant, le liquide lave-glace n'a pas été consommé en tant que drogue, selon la défense, mais pour se donner la mort. La réouverture de la cause est surtout reliée aux directives inappropriées données aux jurés.

mercredi 13 novembre 2013

Sugar Sammy, la controverse sur Pauline MAROIS comparée à Rob FORD

13 NOVEMBRE 2013. L'humoriste Sugar Sammy a semé une controverse cette semaine, en écrivant faire davantage confiance au controversé maire de Toronto, Rob FORD, qui a admis avoir fumé du crack et consommer trop d'alcool, plutôt qu'à la première ministre du Québec, Pauline MAROIS. Les réseaux sociaux se sont emparés de l'affaire et plusieurs ont crié au «Québec bashing», alors que Sammy est Québécois d'adoption et par choix. Il en aurait rajouté en disant que le problème de FORD, ça se soigne. L'humoriste contestait ainsi, dans un humour caustique, les dérapages du projet de charte de laïcité, se nourrissant selon lui, d'une certaine peur des autres cultures (1). 

Sugar Sammy, humoriste
Ce qui étonne, cependant, c'est la grande sensibilité de certains québécois, alors que le premier ministre du Canada, Stephen Harper (prononcé par eux «ArrrPeur»), conservateur de la droite économique, est régulièrement ridiculisé par les humoristes québécois. Dans les revues Bye Bye de fin d'année, ou à TLMEP, on le décrit régulièrement comme un anglophone idiot, un «lobotomisé» ou une «lobotomie sur deux pattes» et ainsi de suite. Vous voyez le genre. Mais voilà qu'un humoriste plus de la droite économique (un des seuls au Québec) ose servir cette même médecine envers la PM du Québec, et là on accuse l'humoriste de racisme. Racisme, en passant, est un manque de compréhension dans le débat, car il n'y a pas de race québécoise (...)

Cette réaction exagérée à un commentaire de Sammy, comme les humoristes en font régulièrement contre les politiciens fédéralistes, fournit un indice de plus que dans un Québec souverain, la liberté d'expression deviendrait probablement un souvenir. Il faudrait se décider et maturer. Ou bien on ne tolère pas la vulgarité et l'humour méprisant et provocateur, ou bien on les tolère. Faudrait être consistant avec nos plus meilleures valeurs du monde, notre plus meilleur «modèle québécois» qui ne fait pas ses frais. Moi je suis contre le non-respect, mais puisque les autres humoristes usent et abusent du mépris, alors logiquement... 


 _______________
1.  Dans les faits, la réaction québécoise à une certaine immigration, traduit plutôt un appui de l'affirmation de soi et un rejet de l'intégrisme et de la ghettoïsation de certains nouveaux arrivants depuis environ deux décennies. Le Québec renonce sans cesse à des droits et privilèges de peuple fondateur alors que certaines communautés récemment arrivées forment des enclaves en conservant, elles, leur culture. Cela est perçu et vécu comme un profond mépris, sinon une injustice, imposée par des partis politiques, des hauts-fonctionnaires et par des néo-québécois de par certaines revendications. Le Québécois moyen sent qu'on lui ment à des fins partisanes et électoralistes, quand on lui dit que tous ceux qui arrivent ici nous aiment et aiment notre culture.


mardi 12 novembre 2013

Un monde sans guerre?

Le Jour du Souvenir au Canada, ramène inévitablement la question. La guerre est-elle toujours mauvaise ou est-elle parfois justifiée? Et quand elle deviendrait justifiée, que ferait un pays sans armée? 


Plusieurs historiens reconnaissent aujourd'hui que la fin du beau projet de la Nouvelle-France pour les uns (aujourd'hui le Québec dans la fédération canadienne) OU le début du beau Canada pour les autres, est dû au désintéressement de la France de ce pays en devenir. Dans les faits, on peut comprendre que face aux Anglais au nord et aux états américains au sud, la France ne trouvaient pas la justification de l'effort additionnel, ni les ressources, pour défendre un peuple peu nombreux, des castors, des poissons, des érables, des épinettes, un pays de neige et d'interminables hivers hostiles à tout conquérant.  

Comme le souligne le chroniqueur souverainiste Mathieu BOCK-CÔTÉ dans son billet Les Québécois et la guerre
«En 2014, nous commémorerons les cent ans de la Première Guerre mondiale. Et les soixante-dix ans du débarquement de Normandie. Ce sera l’occasion de réfléchir aux idéaux qui méritent les plus grands sacrifices» (1).

La guerre est parfois inévitable


Malheureusement, qui veut éviter de se battre doit être capable de démontrer sa force contre ceux qui veulent se battre. Les États-Unis ont pu éviter la guerre contre l’URSS et Cuba, durant la décennie 1960, par une démonstration de leur capacité militaire, de leur volonté de se défendre et par leur accès à l’espace, via la NASA et la course à la Lune, lancée par le président JFK; un programme premièrement militaire, avant d’être scientifique. Un pays non armé demeure une zone ouverte à toute hégémonie qui se fout de nos états de droit, de nos démocraties (même si imparfaites), et de nos programmes sociaux. Et un boxeur ne commencerait jamais à s’entraîner la veille d’un match.

La guerre des autres


Entraînement en vue du défilé militaire du 60e anniversaire de la République
populaire de Chine. Crédits photo : agence de presse REUTERS 2009. 
Au début de la Deuxième Guerre mondiale, les États-Unis considéraient la conquête menée par le 3e Reich (empire allemand) et ses alliés, comme la guerre des autres. C’était la guerre au loin. Mais le 7 décembre 1941, la célèbre attaque aérienne surprise menée par les Japonais contre Pearl Harbour, en pleine période de pour-parler avec le Japon, les fit entrer dans cette autre réalité. Parfois les bons mots ne suffisent pas. Et que faire, si à ce moment vous n'avez pas d'armée?

Le Jour du Souvenir dans l’imaginaire québécois

Dans l’imaginaire Québécois, le Jour du Souvenir, commémoré le 11 novembre, semble limité aux 2 grandes guerres du 20e siècle et à la fédération canadienne; les autres, les «eux». C’est pour plusieurs québécois, la non-fête du souvenir de «la guerre des autres». En réalité, la commémoration rappelle une réalité: la guerre est parfois inévitable. Ceux qui en reviennent, diminués ou non, devraient être honorés et supportés, eux ou leur famille qui reste.

Pensée : Il faut être deux pour faire la paix


_______________
1.  Mathieu BOCK-CÔTÉ. Les Québécois et la guerre. Journal de Québec. Mardi 12 novembre 2013, p. 18

samedi 2 novembre 2013

Politique Municipale - L'Affaire David LEMELIN, Québec 2013

Élections 2013, Mairie de la Ville de Québec.

Un homme peut-il refaire sa vie 20 ans après une offense et un pardon judiciaire accordé? La semaine qui se termine, les animateurs des radios privées de Québec disaient que non. Voilà un test intéressant pour nos valeurs dites «communes». Nous assistons en réalité, de plus en plus aux contradictions de celles-ci. Le candidat LEMELIN a demandé et obtenu un pardon dans le cadre du système judiciaire canadien, ce qui implique ou suppose un amendement et une bonne conduite par la suite. Il a cependant omis d'en informer ses collègues du parti Démocratie Québec, ceux-ci candidats pour les districts électoraux du parti dont il a obtenu la chefferie.

David LEMELIN. Candidat à la mairie
de la ville de Québec, 2013.
Crédits photo: Démocratie Québec
page consultée: sam. 2 novembre 2013
Au Québec, un homme peut commettre un meurtre et être en semi-liberté quelques années plus tard (1).  Un médecin chirurgien dépressif peut tuer ses deux bambins à l'arme blanche, les éviscérer et être en libération progressive en 4 ans. Mais un candidat à la mairie de la Ville de Québec (Capitale du Québec), dans la course en vue de l'élection du 1er novembre 2013, a commis des voies de fait sur une conjointe 20 ans auparavant. Depuis, ils ont fait la paix, il a fondé une famille stable, et a obtenu son pardon judiciaire officiel des représentants de la justice et de l'État. Si tout ce qu'il dit à sa défense est vrai, il n'aurait failli que sur ce point: omettre d'informer ses collègues avant d'être choisi pour représenter Démocratie Québec. Sauf que légalement, il n'était pas contraint de le faire, sur le principe du pardon officiel obtenu. Un manque de jugement, probablement (ou peut-être), mais cette semaine, tous les candidats du parti, aux postes de conseillers de districts après avoir entendu ses motifs et raisons, ont décidé de l'appuyer. C'est probablement à leur honneur; si le pardon signifie encore quelque chose... 

Peut-on douter de l'exactitude des faits du point de vue autocritique du candidat LEMELIN? Oui. Mais d'un autre côté, après 20 ans, il faudrait peut-être passer à autre chose. Sinon, qu'on détruise tous les films et séries sur Jean Valjean, le héros du célèbre Roman Les Misérables de Victor Hugo.

La crise médiatique

Comme par hasard, le Journal de Québec a sorti la nouvelle de cet écart de conduite pour lequel le candidat au poste de maire pour 2013, avait plaidé coupable et subi les conséquences pénales, mais ceci à quelques jours du scrutin pour les municipalités et villes du Québec. Peut-être que le journal l'a appris à la limite de la course, oui. En ce cas, le ou la journaliste devrait prendre un billet de la Lotto, car la chance est avec ces jours-ci. Mais d'un point de vue éthique journalistique, cette prise à la pêche, faute d'informations complètes, et sa diffusion soulève des interrogations. D'ailleurs, le Journal de Québec et la machine sont vite passés en mode «damage control», contrairement à ce qu'ils se seraient attendus. On semble plutôt avoir voulu planter le candidat, quitte à aller à la pêche avec une information d'une source non contre-vérifiée ou en l'absence d'engagement officiel d'une source.

Le rédacteur en chef  du journal a dû intervenir en personne pour défendre sa journaliste, mais ce faisant, il a confirmé qu'ils ont confronté LEMELIN, sans avoir préalablement eu le temps de valider leurs sources:

«Cela faisait quelques jours que des sources nous chuchotaient des informations au sujet du dossier criminel qu’a autrefois traîné le chef de Démocratie Québec. On nous racontait qu’il avait obtenu son pardon peu avant la fondation de son parti. Après avoir effectué les vérifications d’usage, après avoir retourné sans succès toutes les pierres, nous avons décidé hier de questionner M. Lemelin» (2).

Nous pouvons aussi (autre option) nous réserver, un petit droit de douter que le journal n'avait pas l'information quelques temps plus tôt. Ce temps «plus tôt» que LEMELIN fait remonter au 26 mars 2013, quelques mois avant la course.

La journaliste Karine GAGNON dans l'édition du journal de samedi le 2 novembre, ne le nie pas, pour qui sait bien lire les virgules, mais se défend plutôt en disant que ce n'étaient alors que des rumeurs. Pourtant, lors de la sortie en catastrophe avant le scrutin, aucun témoin n'acceptait de signer une déclaration écrite. La thèse d'une source en mars 2013, impliquerait alors une rétention de l'information à des fins opportunistes. Il subsistera toujours un doute pour plusieurs électeurs de la ville de Québec. La journaliste par qui le scandale arrive, Karine GAGNON, connue dans cette course pour ses fortes réticences envers LEMELIN, contredit cette théorie du complot. Ce faisant, elle confirme du coup, que le journal a décidé de confronter le candidat sans aucun témoin acceptant de signer une déclaration écrite:
«David Lemelin dit n’importe quoi lorsqu’il affirme que le Journal détenait cette information depuis au moins le 26 mars. On avait entendu des rumeurs, mais rien qui puisse être validé [...] En dernier recours, après avoir accumulé plusieurs informations, mais toujours sans preuve écrite que nous puissions publier, nous avons confronté M. Lemelin» (3).
Cela fait très mal paraître le journal en donnant parfois l'allure d'un règlement de compte, si on met le tout dans la perspective des chroniques précédentes de Madame GAGNON. Pour prendre position, elle le faisait.

LA QUESTION

Mais la question principale demeure la suivante. À QUOI PEUT BIEN SERVIR UN PARDON JUDICIAIRE, si une personne peut, sans impunité, nuire à un individu qui veut refaire sa vie? Loin de moi l'idée que le candidat serait plus blanc que neige ou que la violence conjugale (violence domestique) serait une chose banale. Et pour l'attitude? Nous voyons la même chose, le même genre d'arrogance, chez le maire sortant... Mais au-delà du candidat LEMELIN, dans le sens plus large du principe du pardon judiciaire, que faisons-nous, si le pardon judiciaire de l'État et de la justice ne valent pas le papier sur lequel ils sont écrits?

Aspect social

Ce qui m'a surpris, c'est la réaction médiatique, dans les radios privées à contenu parlé, par exemple. Contrairement aux citoyens plus partagés sur le sujet, les animateurs des tribunes étaient tranchants. Ce qu'il a fait était selon eux disqualifiant pour la fonction, et ce pour le reste de sa vie. Là, je ne suis pas sûr que j'embarque. Il y a des irrécupérables, mais aussi entre les deux. Selon eux et elles, on ne pourrait jamais lui faire confiance pour un poste de maire d'une ville. Pourtant, si le pardon judiciaire (et judéo-chrétien) signifie quelque chose, et si l'on croit qu'une personne puisse changer de conduite... 

Maire sortant

Le maire sortant, Régis LABEAUME, s'est montré plus mordant que les citoyens de Québec. À la question, à savoir s'il apprenait chez l'un des candidats de son parti, que ce dernier ait déjà frappé sa conjointe et été condamné pour cela, s'il l'accepterait comme candidat, il a répondu que non «tu ne touches pas à ça», question posée dans le contexte d'une offense criminelle d'il y a 20 ans. Pour le maire LABEAUME, il faut donc avec ce qui n'est pas une personne, mais un «ça», les condamner à vie comme non réformables. Il faudrait donc, socialement, jeter les fautifs dans un puits sparte, comme dans le film 300, il est fait avec les messagers des Perses. Ici au sens figuré évidemment, la mort politique pour toujours, toujours, toujours...

Citoyens électeurs de la ville de Québec

samedi 26 octobre 2013

Obamacare: des contrats sur invitation qui laissent perplexes

ÉTHIQUE ET CONTRATS DES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION SOUS LE GOUVERNEMENT OBAMA

Le premier problème apparent: le contrat initial aurait été accordé sur invitation, sans appel d'offres. Coïncidence? Selon la nouvelle du Daily Caller, une haute gestionnaire de l'entreprise des technologies de l'information qui a construit le site web du programme médiatisé sous l'appellation «Obamacare», serait une grande amie personnelle de la Première Dame des États-Unis, Michelle Obama. 
Le second problème: des sommes énormes en jeu pour les Technologies de l'information (TI) selon le Washington Examiner, jusqu'entre 1 et 4 milliards $ pour des mandats à CGI selon un contrat qui serait valide jusqu'en 2017

(Article revu et augmenté le 10 décembre 2013)

Un contrat expirant en 2017 permettrait à CGI de cumuler divers mandats en TI, pouvant atteindre entre 1 à 4 milliards selon un document contractuel dont le Washington Examiner a obtenu copie.

Michelle Obama
Amitiés payantes ou  simple hasard?

Toni Townes-Whitley, vice-présidente senior de CGI Federal, est une ancienne copine de classe de Michelle Obama, à Princeton. La gestionnaire occupe une fonction clé à la haute direction de l'entreprise en informatique qui a conçu le site web du programme Obamacare (Healthcare.gov). 



Toni Townes-Whitley
Crédits image : CGI.com
Le Daily Caller rapportait récemment que les deux étudiantes de la classe de Princeton de 1985 sont des amies personnelles. Les deux femmes sont aussi membres de l' «Association of Black Princeton Alumni». En plus, George Schindler, le président du CGI Group (Groupe CGI), entreprise apparentée basée au Canada et offrant des services dans les deux pays, serait devenu donateur de la campagne de Barack Obama de 2012, ce qui ferait logiquement suite à l'attribution du contrat sans appels d'offres (one bid contract), en vue de la conception du site web fédéral Healthcare.gov.

Éthique et contrats fédéraux  des TI sous Obama

En plus des ratés opérationnels soutenus dont les médias ont parlé et qui ont nécessité l'embauche d'autres firmes, le problème majeur est que le site web aurait été conçu par CGI au coût de plusieurs millions de dollars sans appels d'offres publiques, selon le Washington Examiner. Un mécanisme fédéral peu connu permet d'attribuer des mandats de divers coûts, à une firme sélectionnée qui obtient un contrat global. C'est la formule contractuelle «ID/IQ ... government jargon for “Indefinite Delivery and Indefinite Quantity». La firme CGI aurait de cette manière obtenu des mandats multiples pour diverses commandes (le Obama Care et d'autres) totalisant 678 millions de dollars entre 2009 et 2013. Le contrat expirant en 2017 permet à CGI de cumuler des mandats pouvant atteindre jusqu'entre 1 et 4 milliards $, selon un document contractuel dont le Washington Examiner a obtenu copie.

En SAVOIR PLUS (textes en anglais):