samedi 20 février 2016

Affaire Claude Jutra: Lise Payette, pédophilie et tolérance (mes commentaires bloqués)

Sur l'opinion de Lise Ravary; La déchéance de Lise Payette (19 février 2016). Commentaire censuré deux fois plutôt qu'une par les modérateurs du Journal de Québec, posté suite à une nouvelle déclaration douteuse de Madame Payette.


Lise Payette, Québécoise indépendantiste, féministe, ex-ministre senior du Parti Québécois

(dernière modification: 29 février 2016)


Mon premier commentaire, supprimé vers 13h55 samedi le 20 février 2016, allait avec un contenu à peu près à 90% comme le suivant. Voyons voir ci ce dernier sera également bloqué... Voilà, c'est fait, supprimé également vers 14h10:

«S.V.P., quelqu'un peut-il mettre le microphone de Madame Payette à OFF, pardon, Fermé. Je l'ai déjà admirée, jusqu'à un certain point, mais depuis quelque temps, elle multiplie les commentaires étranges. La gauche l'instrumentalise en la mettant en avant, accordant beaucoup d'espace médiatique, mais si ses commentaires n'annulent pas ses réalisations, ils la diminuent souvent. Particulièrement ces derniers. Ce faisant, ils l'encouragent à multiplier les nouvelles sorties, souvent aussi étranges. Ici, banaliser la pédophilie chic [pédo de type chic = pédo chic ] est inacceptable, même si l'agresseur est un ami» (1).
Pourtant, l'auteure de l'opinion elle-même, Lise Ravary, une professionnelle des communications a employé le terme de «déchéance», en parlant de Madame Payette. Le modérateur n'avait pas lu apparemement.

Jutra, le pédophile en avance sur son temps?


La bien connue Lise Payette, indépendantiste et féministe de la première heure,  a semblé banaliser les agressions de Claude Jutra, en le posant comme un visionnaire en matière de pratiques sexuelles. Donc, il pourrait avoir vu qu'un jour la pédophilie (consentante?) pourrait être socialement acceptée. Elle ne le dit pas textuellement, mais c'est la conclusion de type A+B=C.

Extrait du propos de Lise Payette, au sujet de son ami Claude Jutra, cité par Lise Ravary (emphase ajoutée = caractères gras):


«Claude Jutra m’a aidé à comprendre ce qu’il vivait. Quand je lui ai parlé de Raynald, il m’a dit qu’on allait probablement découvrir avec le temps que l’homosexualité était une sexualité “normale” pour une partie de la population et qu’il faudrait bien un jour le reconnaître.

La seule fois où il a parlé d’enfants, ça a été pour dire qu’il aurait souhaité être un père de famille pour donner à ses enfants ce qu’il avait reçu de ses parents. Il m’avait même annoncé que l’on connaîtrait un jour le phénomène des mères porteuses et des méthodes à inventer pour l’insémination de ces mères. C’était un cours de médecine fort intéressant.» (Lise Payette, citée par Lise Ravary, 19 février 2016)


Les «bons» pédophiles sont de gauche, créatifs et reconnus socialement


Donc, comprendre qu'un jour, les «bons» pédophiles auront l'acceptabilité sociale, laquelle sans nécessairement les approuver, les exempterait de l'examen par la justice. C'est ce que je comprends: un être brillant (et au Québec de la gauche indépendantiste, de surcroît), ne peut être poursuivi en justice, ce qui l'empêcherait de pratiquer son art pour un temps. Exactement le même phénomène que celui concernant des allégations visant d'autres cinéastes célèbres comme Roman Polanski, Woody Allen, ... Accusés à tort ou à raison, de tels hommes ne peuvent être mis en examen, car protégés par un système qu'ils font vivre.

Le journaliste et chroniqueur Michel Hébert nous rappelle un fait dans sa chronique du 29 février 2016:

«Dans sa chronique du 12 février, Lise Payette écrivait que les vieux salauds qui se tapent de jeunes fugueuses de 15, 16 ou 17 ans sont des pédophiles. Sept jours plus tard, elle donnait à son ami Claude une accolade posthume.» (2)

Le prétexte de l'excuse était qu'elle croyait les accusations fondées sur des ouï-dire; prétexte, car dans l'entourage du cinéaste, on savait qu'il aimait les garçons encore verts. Voilà ce qui confirme qu'il y a vraiment les bons et les mauvais pédophiles dans la pensée jet set francophile.


LIRE AUSSI: 


La mystérieuse avancée de la pédo chic et de l'autre

16 février 2016

Claude Jutra: un garçon de 6 ans plongé dans l'enfer de la pédophilie

17 février 2016

Polanski est-il pédophile? La justice incohérente

31 décembre 2009, modifié le 16 février 2016

La fille de Woody Allen : « J'avais 7 ans. Je voulais que ça s'arrête » -- Enfant de la Société -- Sott.net

17 octobre 2013

3 mars 2015

Guide sexuel [scolaire] et relations à 9 ans : non aux zozos du zizi gouverne-Mentaux

18 août 2011

Ben LEVIN, pédophile, aurait conseillé le Ministère de l'Éducation de l'Ontario jusqu'à son arrestation

4 mars 2015

Éducation sexuelle: protéger les enfants contre les théoriciens et groupes trop intéressés

28 février 2015

_______________
1.     Mon commentaire posté en lien avec l'opinion de Lise Ravary :
La déchéance de Lise Payette. Journal de Québec. 19 février 2016.
http://www.journaldequebec.com/2016/02/19/la-decheance-de-lise-payette
page consultée et commentée le 20 fév. 2016.

Bien sûr, elle ne l'a pas dit en ces termes (pédophilie de type chic de gauche = pédo chic acceptable), mais le propos revient au même. Les modérateurs peinent à voir les équivalences ou ils ont un agenda différent de l'intérêt général de la liberté d'expression. Je dis comme d'autres blogueurs, qu'avec le temps, Madame Payette en est venue à faire des déclarations étranges ou déconnectées et je l'assume. Le modérateur n'a pas à décider que ce que je dis n'est pas dans l'esprit de la pensée de Madame Payette. C'est mon opinion et non celle du journal! Me semble que c'est pas difficile à comprendre... Rien de pire en contenu pourtant, que dans le titre qui parle de la «déchéance», ni de pire que plusieurs autres réactions au même article, non bloqués ceux-là. Lise Ravary elle-même a utilisé le terme «déchéance». En gros, les gens disent que Madame Payette est de plus en plus souvent hors-contexte, dans ses affirmations d'un ancien féminisme dépassé, ou comme ici sur les actes immoraux lorsqu'ils sont posés par la gauche artistique québécoise. Après la suppression de mes deux commentaires, je poste ceci à 14h18:

«Ça carbure à la censure chez vous. Je n'écris rien de pire que plusieurs plus bas et vous me bloquez. Je vais poster sur mon blogue. Madame Payette dit des choses qui la diminuent, comme ici sa sortie sur la pédophilie tolérable, et la gauche qui la renforce à faire des sorties d'une demi page de journal par moment, lui nuit beaucoup plus qu'elle ne l'aide. Voilà! Censurez-moi si vous voulez, cela ne prouve que la petitesse des modérateurs, sur certaines plages horaires. Où est-ce une idéologie très à gauche qui ne tolère pas la différence?»

Et à 16h05 c'est encore là. Tout de même...


2.     Michel HÉBERT. Lise Payette, Ward et Jérémy. 29 février 2016. 
http://www.journaldequebec.com/2016/02/29/lise-payette-ward-et-jeremy (page consultée le 29 février 2016)

Affaire Claude Jutra: nouvelle victime révélée, le scénariste Bernard Dansereau

Une nouvelle victime d'une approche pédophile de Claude Jutra, le scénariste Bernard Dansereau, dont Jutra était le parrain, se manifeste au journal La Presse. 


«Il s'est glissé dans mon lit et a tenté de m'entraîner dans un rapport sexuel. J'avais 12 ou 13 ans, j'étais prépubère.» (La Presse.ca, 20 février 2016)

Si ce genre d'agression ne lui est arrivée qu'une seule fois de la part de Jutra, il était depuis cet événement clair dans l'esprit de Bernard Dansereau, que son parrain était un pédophile.

LIRE le résumé dans La Presse

Affaire Claude Jutra: une deuxième victime se confie à La Presse

(20 février 2016)

mercredi 17 février 2016

Affaire Claude Jutra: un garçon de 6 ans plongé dans l'enfer de la pédophilie

Crimes: La pédo chic et l'autre pédophilie brisent des vies. Nouveau rebondissement dans l'affaire Claude Jutra avec de nouvelles révélations qui confirment que les victimes pouvaient être très jeunes


LIRE AUSSI: 

L'avancée de la pédo chic et de l'autre, 16 février 2016


Une victime, dont les parents étaient des proches du cinéaste québécois Claude Jutra, n'avait que 6 ans au début d'une exploitation pédophile qui allait pourrir sa vie et durer 10 années.

Claude Jutra a laissé son nom à une récompense, le trophée JUTRA. L'affaire dévoilée initialement par la sortie d'une biographie arrive quelques semaines avant la présentation d'un prochain gala de récompenses, la Soirée des Jutra 2016, prévue le dimanche 20 mars.

Sur la photo: Claude Jutra, cinéaste québécois aujourd'hui décédé

Ci-dessous, un tweet de LaPresse+ du 17 fév. 2016





mardi 16 février 2016

La mystérieuse avancée de la pédo chic et de l'autre

16 fév. 2016 - Questions suscitées par un aspect de la vie révélée dans une biographie (1) de Claude Jutra et les probables actes pédophiles du cinéaste québécois qui a laissé son nom à une reconnaissance cinématographique, les trophées Jutra

(dernière modification: 17 février 2016, 7h36)

Nouvelles révélations du 17 février 2016 dans la Presse: un garçon dont les parents étaient proches de Jutra a été agressé sexuellement à partir de l'âge du 6 ans et durant 10 années d'enfer qui ont détruit sa vie (mon autre billet ici).


Mauvais et bons pédophiles?


  • Un pédophile moche, bedonnant au crâne dégarni utilise à ses fins un jeune garçon de 13 ans après l'avoir convaincu. Coupable ou non? «Coupable!», répond la société québécoise.
  • Et si c'est et entraîneur sportif? «Coupable!»
  • Et si c'est un membre du clergé? «Coupable!»
  • Mais si le pédophile est un cinéaste ou un artiste connu ou un ami du peuple? «C'est beaucoup plus complexe. Si c'est un artiste et s'il est gentil et de la gauche politique, particulièrement... Chacun a son côté d'ombre»


Que penser des pédos chics ? 


Un pédophile, c'est un pédophile. Point! Les arguments pour excuser les hommes soupçonnés d'actes pédophiles, comme Jutra, Polanski ou considérant les prétentions d'une ex-fille adoptive de Woody Allen, ne font que renforcer la perception (ou est-ce la réalité ?) de double justice de la part des médias et de l'opinion; une justice pour les artistes réputés ou les gens riches et célèbres et une pour les autres; les prêtres, les pédos «no name», les pédos bedonnants, dégarnis et laids ou les riches pédos capitalistes (répréhensibles, car pas de la gauche).

Claude Jutra, cinéaste québécois surtout connu pour son oeuvre dans les décennies 1960 et 1970

Pour Jutra, tout le monde dans l'entourage savait, dit-on. Mais là, on risque de tenter de légitimer, voire normaliser l'acte sexuel entre un «adulte consentant» et sa victime.

Le DANGER de la double-justice en faveur des artistes ou des gens populaires ou célèbres


Les défenseurs bien intentionnés des cas d'agresseurs aimés pour leurs réalisations, populaires ou célèbres, envoient un message contradictoire de double-justice, lors de la mise en examen de faits semblables. Est-ce là la mesure de l'équité? Chacun ne doit-il pas faire face à ses actes, sans égard à son statut social et à son succès professionnel actuel ou passé ? La qualité de l'oeuvre de l'un ou de l'autre, n'a rien à voir avec ses actes dans ces affaires de mœurs.

La décision de la Pologne, en 2015, de ne pas extrader Polanski en réponse à la requête de la justice américaine a fait avancer encore un peu plus l'influence du lobby pédo-chic. Innocent ou coupable, ce dernier devrait comparaître. Le cas de Jutra pourrait élargir la voie, au Québec et dans le reste du Canada (le Code criminel est de juridiction canadienne), vers une démission; cesser de protéger nos jeunes. Je le dis depuis longtemps, un jour on nous forcera à accepter que la pédophilie est une maladie et on décriminalisera. D'autres prônent plus encore; plutôt de dire que l'acte est une orientation sexuelle; ceci visant habilement à protéger les agresseurs via les chartes des droits.

Évidemment un sophisme, car même pour le genre classique hétéro, l'orientation sexuelle ne justifie pas la séduction ou l'exploitation d'un enfant.

L'argument de l'apparence d'âge plus mature


L'argument de l'apparence d'âge ne règle pas le problème; par exemple, la fille de 13 ans qui a l'air de 18 ou 20 ans. Le crime de la pédophilie n'est pas un crime en raison de l'apparence, mais de la maturité, en lien directe avec le développement de l'enfant et de son droit à la protection. Par exemple, la séduction d'une fille adulte qui a l'air d'une fille de 14 ans ne constituerait pas un acte pédophile.

L'argument de la douceur et du consentement de la victime


La séduction, même en douceur, d'un enfant n'en fait pas moins une agression. C'est un vol de la liberté, en se servant du plus vulnérable à des fins égoïstes déguisées en échange entre égaux.

Affaire connue dans le milieu. Fermait-on les yeux pour de l'avancement artistique et professionnel dans les milieux cinématographiques?


On dirait que oui. Cela revient souvent: c'était connu dans le milieu qu'il aimait les adolescents.

Le bien connu Michel RIVARD a lui-même composé cette chanson à la mémoire de Claude JUTRA.
À partir de 1:26 dans la vidéo; lien ici : L'oubli (départ à 1 min. 26 s), nous pouvons entendre quelques vers en lien avec l'attirance de Jutra pour les garçons qui sont en fait des adolescents ou des jeunes de parfois moins de 14 ans selon l'auteur de la biographie; ce à quoi fait référence l'article de La PRESSE (samedi 23 fév. 2016).


Intégrale de la vidéo 
Michel Rivard - L'oubli 
(1992)





Extrait des paroles de la chanson L'oubli, composée par Michel Rivard, à la mémoire de Claude Jutra. Source : MichelRivard.ca


«il avait aimé une femme
mais c’était il y a très longtemps
plutôt que d’y laisser son âme
il avait viré comm’ le vent
 
maintenant
des garçons de passage
lui dérobaient des bouts d’sa vie
il dessinait leurs doux visages
eux repartaient sans dire merci»

(Michel Rivard, extrait de la chanson L'oubli,
écrite à la mémoire de Claude Jutra)


LIRE AUSSI:


Claude Jutra: un garçon de 6 ans plongé dans l'enfer de la pédophilie

17 février 2016


Polanski est-il pédophile? La justice incohérente

31 décembre 2009, modifié le 16 février 2016

La fille de Woody Allen : « J'avais 7 ans. Je voulais que ça s'arrête » -- Enfant de la Société -- Sott.net

17 octobre 2013

3 mars 2015

Guide sexuel [scolaire] et relations à 9 ans : non aux zozos du zizi gouverne-Mentaux

18 août 2011

Ben LEVIN, pédophile, aurait conseillé le Ministère de l'Éducation de l'Ontario jusqu'à son arrestation

4 mars 2015

Éducation sexuelle: protéger les enfants contre les théoriciens

28 février 2015


____________
1. Yves LEVER. Claude Jutra. Éditions Boréal. 2016. Sortie: 16 fév. 2016.

samedi 13 février 2016

Retour sur une caricature des élections de 2015: monarchie et dynastie au Canada

Traces de monarchie et naissance d'une dynastie en Canada ? 



J'aime énormément cette esquisse du caricaturiste et artiste André-Philippe CÔTÉ dans le contexte des élections canadiennes de 2015. Lors de l'élection de l'automne 2015, plusieurs Canadiens étaient transportés de joie. On venait de se «débarrasser» (disaient-ils) des Conservateurs de Stephen HARPER décrit caricaturalement comme un admirateur de la monarchie britannique. Mais un héritage de l'ancienne monarchie remplacée par quoi au fait; par, finalement, une... dynastie politique naissante: transmission génétique de pères en fils (et en filles). Cela ne pouvait être mieux décrit que par une caricature suivant l'élection fédérale canadienne de l'automne 2015.

Crédits image: André-Philippe Côté, esquisse de caricature, 3 nov. 2015. Traces de monarchie et naissance d'une dynastie en Canada (Harper sortant vs dynastie Trudeau).


Un candidat qui fait partie d'une marque (TRUDEAU), se distingue d'un produit sans nom; les vaincus de la course à la chefferie du PLC (incluant un ancien astronaute canadien!).

Caricature que l'on pourrait titrer: Traces de monarchie et naissance d'une dynastie en Canada


On y voit un déménageur sortir du bureau du Premier Ministre (PM) vaincu (HARPER) un portrait de la reine d'Angleterre, Elisabeth II (désir de récurage des restes symboliques de la dynastie britannique), pendant qu'un autre déménageur le rencontrant, y apporte un portrait de TRUDEAU père (dynastie -génétique- de TRUDEAU émergente). Les comptes Twitter, Facebook ou autres pro-Trudeau, essayaient de montrer la ressemblance physique entre le père et son fils, suggérant que la génétique sera réactivée en lui par une élection au poste de PM. J'ai vu plus d'une fois le montage photo montrant la moitié du haut du visage du père et du fils et... l'extase.

Ma petite analyse d'une caricature politique lorsque le Premier ministre sortant Stephen HARPER est vaincu par Justin TRUDEAU


Nous assistons en effet à une possible naissance d'une nouvelle dynastie politique au Canada. En effet, sans Pierre-Eliott TRUDEAU comme ancien Premier Ministre très marquant dans l'Histoire du Canada, il n'y aurait pas eu de Justin élu comme PM quelques décennies plus tard. Voilà le sens que j'aime «ivoire» (y voir; naissance parmi une élite). Justin, un PM de tendance socialiste qui prend le pouvoir, protégé par les amis de son père décédé; un certain élitisme démocratique. Le parallèle avec une monarchie, où un jeune héritier du trône conseillé par l'entourage de son défunt père est présenté du balcon (électoral) pour l'approbation populaire est plus qu'intéressant. Le nouveau roi Lion est présenté à la jungle populaire. Monarchie et dynastie sont basées sur la naissance.

L'exemple américain de la dynastie politique
  • Sans John F. KENNEDY et Robert KENNEDY, il n'y aura probablement pas de Ted. Mais sans la machine avant eux, la dynastie de l'élite qui prépare les choses de loin, il n'y a ni John F., ni Robert (Bob).
  • Sans George BUSH père, il n'y a probablement pas George W. ni de candidat Jeb.
  • Sans Bill CLINTON, pas non plus de Hillary CLINTON (ici la famille par alliance). 
Au Canada, la haute naissance ou la famille (le clan) joue un rôle NON négligeable, même en démocratie. Au Québec, pensons à l'origine de Pierre PÉLADEAU junior (Pierre Karl P. souvent désigné PKP), actuel chef du Parti Québécois en 2016 et aspirant Premier ministre du Québec. Nouvel arrivé en politique directe, né d'un père riche et célèbre politisé qui s'est construit son empire médiatique en commençant comme camelot, Pierre Karl PÉLADEAU est parti avec une longueur d'avance dans la course à la chefferie du PQ, sur les produits politiques sans nom (sans «marque de commerce»).

Plus directement (dynastie politique), nous avons eu Daniel JOHNSON père, de qui sont sortis Daniel junior et Pierre-Marc. Les trois ont été premiers ministres du Québec.

Cela ne signifie aucunement que les «héritiers» soient des incompétents ou inaptes. Ils ont souvent eu accès à une éducation supérieure, au transfert des connaissances et expériences acquis souvent dans la souffrance, aux réseaux de contacts et supporteurs construits au fil des années. Ils ont donc un support stratégique et des conseillers.

Un candidat qui fait partie d'une marque, se distingue d'un produit sans nom en partant logiquement avec une avance sur plusieurs candidats et avec une équipe de support dont ne bénéficient pas nécessairement les autres. Mais avec cette poussée supplémentaire, il doit aussi se prouver. On le voit avec Jeb BUSH, fils de George et frère de George W. deux ex-présidents du parti Républicain (Le Nouvel Observateur, 13 février 2016).

Quel sens donner à tout ceci en démocratie, quand celle-ci ressemble à une monarchie élue?


Cela indiquerait-il un désir de continuité plus ou moins conscient; désir de faire confiance à une marque ou une franchise connue, même si le produit n'est pas le même que l'original. TRUDEAU est encore un TRUDEAU, mais il n'est pas le même véhicule. Reste à voir pour la destination ou l'échouage, selon le cas, du pays...

vendredi 12 février 2016

Pourquoi la gauche NE comprend pas les dérives de l'islam?

Un texte de Daniel Greenfield m'a inspiré cet article. Au lieu de parler de l'islam, je traite de l'islamisme. Pourquoi la gauche ne peut pas comprendre que l'islamisme  (ex. État islamique, al-Qaïda, Boko Haram, ...), viole les droits humains fondamentaux, même lorsqu'il agit comme une mafia envers des musulmans majoritaires, enferme ces peuples dans le Moyen-Âge malgré eux, ferme des écoles, ou enterre des enfants vivants dans les villages conquis.



Panneau de signalisation : «Cédez
le passage aux véhicules venant en
sens inverse».

(Dernière modification : 21 mars 2016)
J'adapte, sans nécessairement être d'accord avec sa totalité, un article très intéressant (anglais) de Daniel Greenfield. Je l'adapte, car il y a une différence entre l'islam du peuple et l'islamisme de l'élite pro-charia. Souvent le peuple se dit pro-charia parce que c'est ce que l'élite attend de lui, et qu'on a enseigné aux individus depuis la petite enfance. Je dois aussi dire au préalable que je ne suis ni de droite, ni de gauche, ni de centre. Par exemple, je suis pour la protection de l'environnement, mais cette position n'appartient ni à la droite, ni à la gauche. Et pas de manière aveugle (ex. jeter à terre les économies des pays), ce qui amènera des conflits et peut-être davantage de pertes de vies qu'une hausse de 1 degré de la planète. Je suis aussi pour l'entraide des personnes dans le besoin et des plus faibles (malades, enfants, vieillards, ...), mais avec une responsabilisation des individus face aux conséquences des choix. Je suis pour une saine gestion des taxes et des impôts par nos démocraties, avec une meilleure organisation, mais sans oublier les vrais démunis (ex. aux prises avec des problèmes mentaux ou de la toxicomanie avancée).


Ce billet s'inspire d'un éclairage apporté par Daniel Greenfield (en anglais) dans:

Daniel Greenfield 
WHY THE LEFT CAN’T UNDERSTAND ISLAM. Learning the truth about Islam would destroy the Left
http://www.frontpagemag.com/fpm/261674/why-left-cant-understand-islam-daniel-greenfield


CECI N'EST PAS UNE TRADUCTION mais un contenu original inspiré de celui de Daniel Greenfield.

Clé de compréhension : La logique de la gauche est «binaire»


En informatique, le binaire signifie un langage de programmation fondamental, où seules deux valeurs logiques sont possibles; le 0 et le 1.

La logique de la gauche est «binaire» en ce sens qu'elle ne permet que deux options; 2 valeurs possibles. Peut-être selon moi, pour des raisons de communications et marketing; pour transmettre un message ultra-simplifié à des masses de gens. Au temps de Marx, le modèle binaire se déclinait ainsi: classes riches (oppresseurs) contre classes pauvres (opprimés). Tous les problèmes sociopolitiques en relevaient. Le modèle binaire suit donc le schéma exploiteur vs exploité. Il suffit donc de trouver qui a le profil de l'exploité et l'autre a automatiquement tort en tout. Et l'exploité est celui qui a les valeurs de gauche. Pour la gauche, l'islam = victime et l'agresseur = le colonialisme, l'Occident, donc tous les capitalismes.


Colonialisme 


L'islam s'inscrit, selon la gauche, dans un nouveau modèle qui n'est pas celui des classes sociales comme pour Marx. Ici, c'est l'exploiteur vs l'exploité qui est perçu comme tels dans un grand nombre de pays du Proche-Orient, du Moyen-Orient et de l'Afrique: la relation DE: colonialismes (exploiteurs) ou ce qui lui ressemble (ex. présence étrangère), À: peuple (toujours exploités, jamais gagnants selon ladite position). Et ce, bien que cette position soit souvent déphasée par rapport à l'Histoire, même lorsque le colonialisme est terminé depuis 50 ou 100 ans. Par exemple, les bons Amérindiens vivant en harmonie avec la nature dans les manuels scolaires du Québec, s'affrontaient entre tribus et pratiquaient aussi la conquête de territoires déjà occupés pour améliorer leurs conditions de vie. Mais cela, il n'est pas politiquement correct d'en parler.

L'attitude suggérée et renforcée par la gauche


C'est comme si nous disions qu'au Québec, parce que nous avons été colonisés par les Anglais après la défaite de la Nouvelle France contre les Britanniques, nous ne pourrons plus prospérer et réussir, tant qu'il y aura des anglophones au Canada... Bon, je sais, ça ressemble un peu au nouveau discours souverainiste après le départ du grand René Lévesque, mais revenons-en au sujet principal avec cet exemple:



Pour la gauche, ce qui sort de cette vision binaire est réinterprété pour s'inscrire dans ce modèle


Appliqué à l'islam, donc, le bon islamisé que l'on dit à tort violent ou islamiSTE, est justifié, car c'est de la faute des autres si les choses vont mal dans le monde musulman (un immense territoire qui couvrant une grande partie du monde!). C'est la faute des colonialismes. Donc les groupes comme l'État islamique (Daech) qui entrent dans ce modèle binaire avec des revendications contre les anciens colonialismes, sont des justiciers, considérés comme des libérateurs aidant leur peuple captif contre le colonisateur. Sauf qu'on n'a pas demandé l'avis aux peuples. En réalité, nous voyons pourtant qu'ils agissent comme une mafia religieuse et enferment des peuples dans le Moyen-âge économique et intellectuel, par les armes et la menace.

Cependant, de leur côté, les islamistes eux-mêmes voient le monde selon une approche binaire différente, incompréhensible par la lecture de gauche:

« L'islam et les musulmans sont fondamentalement à l'extérieur du modèle de la gauche. Ils sont partie intégrante de leur propre lutte binaire entre l'islam et tout le reste. Ils ont leur propre «vrai côté de l'histoire » (Islam and Muslims are fundamentally outside the left’s model. They are part of their own binary struggle between Islam and everything else. They have their own “right side of history” -Daniel Greenfield.)


Mais cela ne rentre pas dans le modèle binaire où la gauche ne peut produire que du bon. Selon cette idéologie, il ne peut pas y avoir un modèle différent (actuel) ou coexisterait un modèle plus complexe: bonne gauche, mauvaise gauche, mauvaise droite, bonne droite et un grand nombre de choix différents ou hybrides de ceux-ci. La gauche serait toujours bonne, ou très majoritairement.

À LIRE (anglais):
WHY THE LEFT CAN’T UNDERSTAND ISLAM. Learning the truth about Islam would destroy the Left
http://www.frontpagemag.com/fpm/261674/why-left-cant-understand-islam-daniel-greenfield

Résumé par Gilles B
YaPasdePRESSE

Pourquoi le texte me rejoint sur certains points?


Le texte placé en lien me rejoint, car je ne me souviens pas avoir entendu une personne de la gauche dire qu'il y a du bon et du mauvais dans la gauche. Je cherchais à comprendre ce phénomène que je vois en politique, dans les réseaux sociaux particulièrement. Il n'y a habituellement selon ce modèle, que du mauvais dans la droite ou le centre-droit économiques et que du bon dans la gauche (logique binaire).

Une lectrice commentait un jour un de mes anciens posts sur une autre plate-forme: «La droite est toujours mauvaise». Je ne comprenais pas


En réaction à un ancien post, une lectrice s'empressait de me répondre entre autres ceci: «La droite est toujours mauvaise». Je ne comprenais pas. Car quiconque est honnête sait que dans la droite, il n'y a pas que du bon. Il existe un capitalisme vorace et exploiteur, insensible, immoral. Mais tous ces attributs ont pu être observés dans l'Histoire, pour la gauche aussi. Comment pouvait-elle donc faire une telle affirmation? Bref, c'est un système à côté d'autres systèmes, mais qui a atteint des sommets de popularités qui l'ont surclassé en fonction de la bonne intention, par rapport à ses résultats mesurables. Mais les choses commencent à changer, quand après 50 ou 70 ans de dominante à gauche, là où appliqué plus radicalement, ce système «tout à gauche» craque de partout et devient au bord de l'implosion (effondrement sur lui-même) comme on l'a vu en ex-URSS, dans les anciens communismes ou socialismes de l'Europe de l'est (ex. Roumanie), à Cuba, au Venezuela (dont l'économie est effondré et où l'inflation est monstrueuse en 2015-2016), ou encore dans l'actuelle Corée du Nord avec sa propagande et son bruit militaire pour cacher son cuisant échec socioéconomique (famine du peuple, sous-développement énergétique, ...).

Ceci dit, je crois que la transition vers un changement de projet de société typiquement québécois doit passer par la prise de conscience de la spécificité de la gauche et de sa place prédominante dans les médias et parmi l'élite. Contrairement à leurs prétentions, les médias et l'élite ne représentent pas tout le peuple. Cette gauche omniprésente souvent fondée sur des concepts plutôt que sur les faits et le mesurable, il faut la nommer et la décrire, pour qu'elle devienne visible, pour ensuite pouvoir passer à un nouveau modèle qui puisse inclure des valeurs de gauche, mais pas que... Car les gens achètent un produit bien défini et non omnipotent, en politique, comme en consommation. Le couteau suisse n'a pas la cote dans la société postmoderne. D'autre idées pourraient certainement ici alimenter un échange constructif sur un nouveau modèle, mais pour conclure, la politique multicolore n'est pas vendable actuellement, pas plus qu'une «gauche responsable» (le pari de François Legault, chef de la CAQ), sans un nombre significatif de valeurs de droite.


AUTRE TEXTE sur le même sujet : Quand un cinéaste gauchiste est banni par la gauche pour avoir réfléchi sur sa démarche documentariste sur le phénomène de l'islam et des révolutions dans le monde arabe.

Censure d'un cinéaste de la gauche américaine

5 mai 2012


mercredi 10 février 2016

Divisions ethniques: racines, avenir ET antiracisme extrême

Mon article en lien avec le billet de Mathieu Bock-Côté : «Louis Morissette, cible de l’antiracisme en délire» dans le Journal de Montréal (10 février 2016)

(Dernière modification: 12 février 2016, 18h10)

Un peu de contexte, avec définition de la pratique du #blackface dans son sens original par M. Bock-Côté:

«J’en rappelle les grandes lignes. Le Blackface est une pratique liée à l’histoire du racisme américain. On prenait un acteur blanc, on le peignait en noir, en le transformant en Africain caricatural, et sur scène, on lui demandait de jouer le demeuré. C’était évidemment scandaleux.»  -  Mathieu Bock-Côté, 10 fév. 2016

Le commentaire suivant bloqué par le Journal comme cela arrive (1).


DÉBUT DE MON COMMENTAIRE (bloqué)

«Un phénomène mondial en pleine croissance : 
«Exciter les divisions en ramenant à la mémoire les anciennes rivalités et offenses qui ont parfois même un siècle ou plus, mais de manière subtile et sélective. Comme si le Canada se battait encore contre les Allemands avec les descendants des guerriers de 1939-1945. C'est un phénomène mondial qui se résume à expliquer tous les problèmes dans une relation de dominants à dominés, dans une logique sociale binaire (à deux choix qui expliquent tout). Pourquoi alors Haïti sur la même île que la République Dominicaine, aussi un ancien colonialisme, en arrache-t-elle autant et ne réussit-elle jamais à se relever après avoir mis les blancs dehors au temps de Toussaint Louverture?  
«Cette approche binaire, comme l'a exprimé un autre blogueur est particulièrement vraie avec la gauche (blogueur anglophone, donc que je ne peux pas citer ici sous peine d'être bloqué par un modérateur). Il explique avec un éclairage intéressant, qu'au temps de Marx, tout s'expliquait par l'identification des classes sociales (dominantes, dominées). Le nouveaux filtre touchant plusieurs pays du monde est souvent le colonialisme (colonisateurs, colonisés). Si, selon cette théorie chérie par une nouvelle gauche révolutionnaire, vous voulez savoir qui est bon et qui est gentil, examinez qui a vécu le ou un colonialisme, par exemple. Dans ce contexte, l'État islamique qui enterre des enfants vivants et torture des non-musulmans (ou des musulmans plus ouverts sur le monde) OU empêche des fillettes d'aller à l'école pour en faire des esclaves devient justifié par la gauche (ex. sur les blogues) car il est un libérateur. Ses violents deviennent des libérateurs (même si l'État islamique ne fait pas la même interprétation colonialiste) puisqu'ils chassent et combattent les blancs et ce qui les représente (ex. démocratie, christianisation historique et non nécessairement par conversion). 
«Selon cette même logique historique et sociale «binaire» à deux choix d'exploiteur (dominant) à exploité (dominé) présent ou passé, le Québec devrait s'asseoir et vivre de compensations ou arraisonner les navires qui remontent le Saint-Laurent et demander des rançons pour leurs passagers et équipages, car la «Belle province» a connu le colonialisme anglais et l'exploitation américaine ou anglosaxone pour laquelle nos pères, mes grand-pères et mon père, de la classe des petits ouvriers non syndiqués, ont travaillé pour un maigre salaire (au Québec, pêche commerciale, mines, forêts, ...) sans laisser à ma famille de patrimoine significatif. Mais dans la vraie vie, le Québec (m'incluant) s'est relevé en cessant de se victimiser. Il a décidé d'affronter la vie, de s'instruire, de se tenir et même de conquérir dans la paix (ex. entrepreneuriat). 
«Les peuples autrefois exploités (à divers degrés) demandent des excuses et même des compensations à ceux qui les ont conquis. MAIS, par exemple, de grandes tribus amérindiennes américaines oublient de nous rappeler qu'elles avaient elles-mêmes conquis les terres d'autres tribus moins fortes, qui elles aussi les avaient conquises à d'autres. On oublie de dire qu'en Afrique, les noirs se tuaient très bien entre eux et se réduisaient à l'esclavage entre tribus rivales avant l'arrivée des blancs européens. Parfois même, ce sont des noirs qui livraient des rivaux aux équipages esclavagistes. Et aussi de dire, que les tribus ou clans le font encore très bien, lorsque les conflits (contrairement à ceux de la Deuxième Guerre mondiale) se transmettent de génération en génération, suivant une tradition orale haineuse. 
«Avez-vous déjà vu un documentaire d'Histoire dans lequel (reconstitution) un amérindien Iroquois explique le supplice du scalp appliqué à un rival brave fait prisonnier, lequel, dans un étrange rituel, doit se laisser torturer sans broncher? Et que dire, par exemple de l'archipel d' Hawaï, annexé par les États-Unis? Certains insulaires, que je respecte malgré leur position, croient que si les États-Unis ne les avaient pas annexés, ils seraient encore indépendants. C'est ignorer la géopolitique de l'Océan Pacifique et la valeur de ces terres dans le contexte. Ils auraient probablement été annexés plus tard par le Japon pour y établir leur base contre les États-Unis.» - Gilles B.  2016-02-10

FIN DE MON COMMENTAIRE

Entre Orient et Occident: l'archipel des îles d' Hawaï (Hawaii) et sa position stratégique dans l'ancien conflit entre le Japon et les États-Unis. Source: Google Maps.

Dans cette approche binaire, Louis Morissette part avec un handicap, car il représente un millionnaire (capitaliste) alors que le noir représente la victime du riche blanc.

Avec un certain humour, rappelons qu'il y a plus de noirs que de blancs au basketball. Est-ce du racisme? Non. Il y avait une meilleure représentation des noirs que des blancs à la cérémonie commémorative d'ouverture du «Superbowl 50» 2016 et au célèbre spectacle de la mi-temps. Racisme? Pourtant, non.

«Blackface» et Michael Jackson? Serait-ce un scandale si un blanc personnifie Jackson adulte (phénomène associé au «Blackface» méprisant d'autrefois)? Faut-il rappeler, qu'au sommet de sa carrière, le roi de la pop n'était plus un noir d'apparence. Tout au plus, pouvait-il avoir un aspect du sud (Portoricain?). Ceci dit, je doute qu'un blanc soit meilleur danseur qu'un noir pour le personnifier dans un rôle.


Performance de Michael JACKSON au Super Bowl de 1993




à LIRE (anglais):
WHY THE LEFT CAN’T UNDERSTAND ISLAM. Learning the truth about Islam would destroy the Left
http://www.frontpagemag.com/fpm/261674/why-left-cant-understand-islam-daniel-greenfield

_______________
1.  Bloqué probablement par un modérateur qui a cru que j'étais a côté du sujet parce qu'il avait 60% en français au cégep. 
  • Ou si le journal veut des commentaires limités à 150 mots, qu'ils ajustent l'espace commentaires en ce sens. 
  • Ou qu'ils mettent leurs programmeurs au travail pour que les commentaires puissent montrer quelques lignes du texte pouvant s'ouvrir au complet avec un clic, comme cela se fait par exemple sur Facebook.
  • Je suis tellement «tanné» (= j'en ai marre) de ce P'tit Québec médiatique quasi-consanguin où tout le monde doit être pareil, écrire des p'tits textes flatteurs pour la gauche de coussins, sans citer un anglophone et doit écouter les artistes du Québec à toutes les émissions de variété qui se comptent par dizaines, chaque semaine. On doit nourrir notre intellect de ce que les artistes pensent, voter comme ils disent de le faire, être indépendantiste à tout prix, savoir ce qu'ils mangent, écouter leurs gargouillements de ventre, adhérer à leurs positions sur des enjeux sociaux majeurs et les applaudir à cette fin, etc. 
  • Et ici, mon commentaire n'était pas particulièrement souverainiste... 
Eh bien continuez. C'est pour ce genre de raisons que j'ai créé ce blogue.

vendredi 5 février 2016

Méthodes interrogatoires de l'ère W. Bush? Il faut aussi montrer les images des crimes

Les réseaux sociaux font circuler des images dénonçant certaines méthodes interrogatoires et de détention de l'ère George W. Bush. D'accord, mais si on montre celles-là, il faut aussi montrer celles-ci:





D'autre part, il est devenu clair, le 11 septembre 2001, qu'une guerre, nouvelle certes, mais une guerre était déjà déclarée contre les États-Unis d'Amérique.






mercredi 3 février 2016

Irak: photos souvenirs, historiques et culturelles - Compte Twitter à découvrir

Ce compte Twitter présente des photos de l'Irak dont plusieurs précèdent la montée de l'Islam radical et de la révolution islamique



Old Iraqi Pictures 
‏@IraqiPic

Ci-dessous, un voyage d'étudiants de l'Université de Bagdad dans la décennie 1970-1979, avant la révolution islamique



mardi 2 février 2016

Témoignage: Une maghrébine des banlieues lance un cri d'alerte. Dans 5 ans, plus de République française en banlieues si l'État n'agit pas

France: Une Maghrébine des banlieues, travailleuse sociale, mère et auteure lance une alerte. Si l'État n'agit pas, la République française aura perdu les banlieues dans cinq ans (selon elle vers 2020).


La travailleuse sociale est intervenue au Comité Orwell. Elle se dit menacée régulièrement parce qu'elle prend position et dénonce le sort des femmes, méconnu du politique, ainsi que le problème de la radicalisation qui cible les jeunes.

Premier colloque du Comité Orwell : intervention de Nadia Remadna

Extrait :
«Et moi je suis Maghrébine et je peux vous dire, je m'en fous de l'islamophobie. Moi-même j'ai été islamophobe, parce que j'ai vécu le terrorisme en Algérie et 80% des Algériens étaient islamophobes» Nadia R. (2015?)

VIDÉO. Durée approximative : 2 minutes

Premier colloque du Comité Orwell : intervention de Nadia Remadna




VOIR AUSSI : 

La Brigade des mères en banlieues

Durée approximative: 8 minutes