dimanche 21 mai 2017

Qui a assassiné S e t h R I C H, informateur présumé de Wikileaks et G U C C I F E R 2.0 ?

S e t h    R I C H  était un jeune cadre de 27 ans qui travaillait pour le DNC, Comité national du parti Démocrate en 2016. Julian Assange qui ne donne jamais ses sources même décédées pour protéger leurs contacts et familles, n'a pas démenti en entrevue, que Rich était une source (un informateur, un sonneur d'alerte) de Wikileaks, en août 2016, après le meurtre (video Youtube). G u c c i f e r  2.0, un pirate informatique, a affirmé que le jeune homme était sa source. Monsieur Rich a été assassiné d'une balle dans le bas du dos dans une rue d'un quartier riche de Washington.

(dernières modifications: 25 mai 2017, 27 mai 2017, 15 juillet 2017)




Le mobile de l'assassinat de  S e t   R I C H


Au départ, la police a soupçonné que le jeune cadre du DNC (Democratic National Committee) a pu être tué pour motif de vol. Il y avait eu des vols dans le secteur où il a été retrouvé encore conscient. C'est donc une hypothèse de départ, mais pas la conclusion, car l'enquête est toujours en cours en mai 2017. Et détail non négligeable, il a été tiré dans le bas du dos...

samedi 20 mai 2017

La NASA a collaboré avec les Russes

Des informations sensibles, de haute technologie, ont été partagées entre le Gouvernement américain et les Russes, selon une source à la NASA. 

HUMOUR


Crédits photo NASA: «Expedition 51», un membre de l'équipage, Jack Fischer de la  NASA et Son épouse, Elizabeth, prennent la pose à la Place Rouge, à Moscou


Crédits image: NASA Space Station Images. Ici, les membres de l'équipage de la 51 ème expédition, (à partir de la gauche) Jack Fischer, Fyodor Yurchikhin, Thomas Pesquet, Peggy Whitson and Oleg Novitskiy.

Oh mais attendez, c'était approuvé par l'Administration Obama. Donc il n'y aura pas de scandale...


Crédits photo NASA: Drapeaux des États-Unis, de la Russie, de l'agence spatiale Roscosmos, et du Kazakhstan. Les drapeaux sont ballottés par les vents forts qui ont entraîné le report du lancement de l'engin spatial Soyuz TMA-20M , le 16 mars 2016


Crédits photo NASA/Seth Marcantel (6 mai 2015): Au Gagarin Cosmonaut Training Center, Star City, Russie, Expedition 44/45. Membres de l'équipage Kimya Yui Aerospace Exploration Agency du Japon (gauche), Oleg Kononenko, Russian Federal Space Agency de l'agence spatiale Roscosmos (au centre) et Kjell Lindgren de la NASA (à droite), durant les deux premiers jours des examens de qualification en vue du lancement de l'engin Soyuz TMA-17M prévu le 27 mai 2015 (heure de Kazakh, pour une mission prévue de cinq mois et demi à la Station orbitale internationale.
Crédits photo NASA/Bill Ingalls (2016). Les cosmonautes Tim Peake de l'Agence spatiale européenne (à gauche), Yuri Malenchenko de l'agence Roscosmos (au centre) et Tim Kopra de la NASA, sont assis sur des chaises près de la capsule Soyuz TMA-19M, quelques minutes après l'atterrissage dans une zone isolée près de la ville de Zhezkazgan, au Kazakhstan, le samedi, 18 juin 2016. 

samedi 6 mai 2017

Les silences politiques en disent plus que les paroles

Il arrive assez souvent que les silences politiques en disent plus que les paroles. En France, dans le dernier droit de la présidentielle de 2017, il est étonnant que la plupart des médias mainstream aient fait un pacte de silence, sur ...


D'abord, on n'entend jamais Barack Obama, qui a appuyé Macron dans une pub en règle (candidat de l'immigration islamique massive) dénoncer les pays qui oppriment les femmes





L'athlète iranienne et vedette de football en salle, Shiva Amini, a été bannie de l'équipe nationale par le Gouvernement d'Iran pour avoir diffusé des photos d'elle-même sans son voile. On attend un beau discours d'Obama pour condamner l'acte, comme plusieurs autres formes d'oppression contre les femmes, dans plusieurs pays où une version stricte de la charia est en application. Obama n'hésitait pas à critiquer les États-Unis, son pays, dans ses envolées oratoires, lorsqu'il était à l'étranger durant son mandat.

Attendez, on me parle à l'oreillette; Ah! «Obama ne s'ingère pas en politique étrangère». Ouais...

Mais alors, pourquoi Barack Obama appuie-t-il un candidat à la présidentielle française de 2017 ?