mardi 12 décembre 2017

Construire des ponts pour la capitale de tous les Québécois ou protectionnisme d'une ville menacée?

Avec deux ponts situés côte à côte, dont l'un centenaire, la ville de Québec n'est pas en overdose de ponts routiers.


La ville de Québec actuelle est la capitale de la province (de l'État) pour laquelle un statut particulier a en plus été demandé au gouvernement. Plusieurs services interrégionaux y sont concentrés, tels que 

  • siège du Gouvernement du Québec et des ministères pour l'ensemble de la province
  • services médicaux et hôpitaux spécialisés interrégionaux; certaines spécialités desservant même la Beauce, l'est de Québec et l'est du Québec (régions de l'est incluant la Côte-Nord, la Gaspésie, le Bas-Saint-Laurent, etc.)
  • nombreux sièges sociaux de biens et services et produits alimentaires
  • commerces et entrepôts de région et interrégionaux
  • dernier lien routier entre les rives du Fleuve Saint-Laurent à l'est de Montréal et de Trois-Rivières

Située au dernier point d'étranglement entre les rives du Fleuve à l'est de la province, la ville de Québec est un point de concentration stratégique et incontournable du transport terrestre de personnes et de marchandises entre les rives et entre les régions au sud et à la rive nord (nord-est). C'est pourquoi l'attitude de l'administration du maire Régis Labeaume est difficile à suivre. On y gère les accès au territoire, comme s'il s'agissait uniquement d'un enjeu local d'une ville sans statut particulier et sans envergure, alors que la ville de Québec est pourtant la capitale de tous les Québécois.


Les 2 ponts actuels d'accès à la capitale du Québec sont situés côte à côte et le plus à l'est est centenaire. À peine quelques centaines de mètres les sépare. Crédits image: Google Maps.


Au premier plan, le Pont Pierre-Laporte et un peu plus à l'est, le Pont de Québec déjà centenaire. Vus à partir de la rive nord. Crédits photo: Google Street.


L'Équipe Labeaume veut à tout prix y conserver un accès restreint et en prive l'accès aux autres régions par le maintien priorisé de l'étranglement aux deux ponts  actuels (dont l'un déjà centenaire), séparés par quelques centaines de mètres et par le refus politique d'un troisième lien.


AUTRES TEXTES sur ce blogue (et remarquez les dates de publication):



Transport structurant de l'équipe Labeaume: La cité de Labeaumania

(jeudi 7 décembre 2017)

Avec la future «autrefois appelée ville de Québec», assisterons-nous à une comédie musicale urbaine, fondée sur le transport structurant vu par l'équipe Labeaume à Québec?



DOSSIER - Lien routier Est Québec - Lévis: enjeux d'urbanisme mais autant de transport interrégional

(mardi 14 juin 2016)

DOSSIER - Le débat d'un troisième lien Québec-Lévis revient de plus en plus souvent à l'avant-scène. Il faut y garder à l'esprit que les autoroutes ne desservent pas que la ville de Québec: c'est un dossier inter-municipal et interrégional qui doit relever du réseau autoroutier de Transports Québec, comme dans toute autre ville traversée par une autoroute qui relie l'économie des régions.


Troisième lien routier villes de Québec et Lévis: qu'est-ce qu'une capitale?

(samedi 3 septembre 2016)

Être «la capitale» implique de faciliter l'accès à son territoire et ses services nationaux et régionaux, aux sièges sociaux et aux entreprises de desserte ou de distribution des autres régions.


Troisième lien routier Québec - Lévis: résistance et guerre des interprétations; les faits, les vraies questions

(samedi 24 septembre 2016)

Les plans d'affaires (en transports en commun municipal aussi) fonctionnent toujours, puisque c'est exactement leur but.  D'où le choix de l'angle de présentation des statistiques.

Aucun commentaire: