samedi 27 janvier 2018

Des femmes musulmanes ou arabes du Québec subissent des pressions pour porter le voile

Une agression qui, pour beaucoup de femmes, prime sur une prétendue islamophobie, selon cette Québécoise d'origine algérienne, proche d'une victime de la fusillade de la ville de Québec


Islamophobie? Une Québécoise d'origine algérienne, proche d'une victime de l'attentat contre le centre islamique (mosquée) de la ville de Québec de janvier 2017, réagit devant les commémorations qu'elle juge trop longues, du premier anniversaire suivant l'événement et contre une éventuelle «journée nationale contre l'islamophobie».

Selon elle, les rappels de la fusillade, trop fréquents ou trop étirés depuis l'événement, causent un tort important aux survivants et aux proches des victimes, dans ce qui change une commémoration en un «festival», pouvant servir un agenda douteux. Denis Lévesque (TVA - LCN) a reçu Zahra Boukersi à son émission le 23 janvier 2018 (1).

La Québécoise qui est professeure de français et dont la nièce a perdu son mari dans les événements dramatiques du 29 janvier 2017, trouve les revendications de certaines communautés exagérées, voire porteuses d'idéologies cachées. Arrivée au Québec 22 ans avant l'entrevue, elle affirme ne pas avoir vécu la prétendue islamophobie, mais plutôt les agressions verbales de musulmanes et la pression subie par des femmes d'origine arabes ou musulmanes de la part de certaines communautés. Elle suggère que certaines réactions sur les réseaux sociaux peuvent être causées par trop de revendications et pas toujours par des êtres dérangés ou encore des islamophobes.

Entrevue à écouter pour mieux comprendre le point de vue de la Québécoise d'origine algérienne sur les enjeux possibles derrière les incessantes commémorations de l'attentat de janvier 2017, commis au centre culturel islamique de Québec (mosquée) 



_______________

1.  Attentat à la mosquée de Québec. Il n’y a pas d’islamophobie au Québec, selon une proche d’une victimeTVA Nouvelles | Publié le 23 janvier 2018

Aucun commentaire: