samedi 13 janvier 2018

Twitter poursuivi au civil pour présumées tactiques de censure cachées: technique du «Shadow Banning»

Le média social Project Veritas (Twitter: @Project_Veritas) affirme avoir mis au jour, preuves caméra et surveillance à l'appui, des pratiques cachées visant  à censurer des comptes et publications de tendance conservatrice économique ou autres (ex. conservateurs sociaux, nationalistes ou anti-globalistes, ...).

(dernière modification: 27 janvier 2018)



Crédits photo: capture vidéo sur le compte Youtube Veritasvisual - HIDDEN CAMERA: Twitter Engineers To "Ban a Way of Talking" Through "Shadow Banning"


La technique du « Shadow Banning » remonte aux temps anciens, avant le web et les réseaux sociaux électroniques. La première guerre civile via les réseaux sociaux se joue-t-elle présentement aux États-Unis? Deux clans semblent s'affronter: les globalistes anti-Trump et les conservateurs. Dans les contes pour enfants, c'est la technique utilisée par les belles-sœurs de Cendrillon visant à la cacher au regard du monde. À la différence de carrément désactiver ou bannir un compte Twitter (une pratique risquée si ledit compte est suivi par plusieurs milliers ou centaines de milliers d'abonnés ou plus), la technique viserait plutôt le déclassement de ces pages ou de certaines publications, lesquelles après une diffusion descendent rapidement dans l'ombre. Tout est toujours visible, mais en quelque sorte déclassé. L'avantage de l'approche consiste à 
  • ne pas fermer un compte, permettant ainsi de conserver les avantages des abonnées (ex. membership, valeur ajoutée $)
  • réduire les risques d'accusations de manque d'éthique, parce que fait à l'insu du compte visé, du moins tant qu'il ne s'en aperçoit pas et tente de compenser le trafic réduit par l'achat de services de promotion
  • et permettre de conserver un accès aux informations et messages privés actifs et même supprimés des comptes ainsi marqués. L'information privée c'est de l'argent.


Que le tout soit une politique officielle, officieuse ou l'initiative d'un réseau d'employés ne change rien au résultat. Une entreprise est responsable de ses employés quand ils sont en poste.




Une politique de bannissement ou plus insidieuse encore, de déclassement des comptes conservateurs traités avec mépris de «rednecks», pourrait donc avoir cours sur Twitter (cela est aussi soupçonné sur Youtube et j'en ajouterais dans la liste). Plusieurs s'en rendaient compte, sans preuve irréfutable, mais des entrevues avec caméras cachées et de la surveillance de rencontres dans des lieux publics (cafés, restaurants) permettent selon Project Veritas  de sonner l'alarme. Dans certains cas, cela pourrait aller jusqu'à la consultation en vue de fuites des messages twitter privés actifs ou supprimés. Du contenu des messages privés serait collecté (espionnage) dans le but de nuire  éventuellement et partager illégalement au temps opportun, des informations; par exemple, durant une course électorale.

Twitter ne serait toutefois pas la seule plate-forme à avoir adopté ce genre de pratiques. Diverses variantes sont réalisables, allant des algorithmes au marquage de publications. Marquer un compte ou des publications à l'insu des membres constitue une pratique qui n'est pas sans rappeler le marquage des propriétés des Juifs dans l'Histoire, ou encore le marquage du symbole noun contre les Syriens ou Irakiens christianisés, avant le passage des combattants de l'État islamique (lettre encerclée dans la photo ci-dessous)  .

Lettre noun (équivalent de la consonne n en arabe) servant ici à marquer un portail d'une résidence de chrétiens dans dans un processus de persécution. Le caractère encerclé dans la photo, est la première lettre du mot chrétien dans la langue arabe. 
La lettre arabe noun est ensuite devenue, sur les réseaux sociaux, un symbole de solidarité envers les christianisés persécutés d'Irak, puis par extension, du Proche-Orient (Syrie, etc.)


La prétention de Project Veritas est que sur Twitter, un J'aime (like) ou l'utilisation d'un hashtag # si employé par un administrateur précis ou un compte de surveillance, enverrait le message de pénaliser une diffusion, ou rétrograder un compte, ou une image, etc., toutefois sans supprimer le compte. Ceci a pour avantage d'éviter de soulever un tollé de protestations et de risquer de perdre un grand nombre d'abonnés. Mais une telle pratique serait évidemment malhonnête...

Négation en bloc par Twitter de la pratique du «Shadow Banning» et silence média


Évidemment, Twitter nie tout en bloc, disant que ces pratiques, si elles s'avéraient comme dans les vidéos enregistrées durant une enquête journalistique, seraient des initiatives de certains employés (ingénieurs ou administrateurs) au même titre que des fuites vers Wikileaks, ne sont pas autorisées par les gestionnaires des entreprises, partis politiques ou organisations d'où elles émanent... Ils adoptent peut-être cette défense préventive, pour s'éviter des poursuites légales monstres. Sauf que Project Veritas se serait blindé et aurait aussi constaté de visu et filmé des rencontres de haut-niveau entre la haute administration de Twitter et des activistes et artistes connus pour leurs positions anti-Trump, anti-droite, de gauche, etc.

Pour se tenir informé, il est donc particulièrement suggéré ces jours de janvier 2018, de s'abonner au fil Twitter: @Project_Veritas et de le visiter pour contourner les techniques exposées ici.

Aux antipodes de la liberté d'expression et de l'éthique


En information, il est permis d'avoir un parti-pris et de le manifester si l'on fait bien la différence entre la nouvelle et l'éditorial (prise de position politique, idéologique, etc.). Mais même dans les média traditionnels cependant, cette bonne pratique a de moins en moins cours. Mais dans le cas de Twitter, la relation est beaucoup plus celle de partenaires et non d'un média versus un auditeur ou spectateur. Dans les faits, sur Twitter, ce sont les membres de la plate-forme qui sont producteurs du contenu ou de sa rediffusion (tweets, retweets, citations, réponses). Et Twitter, c'est aussi un volet de messages privés et de réseautage de personnes partageant des sujets ou débats communs (ex. politique, économie, histoire, loisirs, actualités, divertissement, voyages, santé, technologie, entrepreneuriat, startups, showbiz, etc.)

Une violation d'un contrat ou d'une alliance impliquant un échange d'avantages entre deux parties


Il serait tout  à fait contre l'éthique fondamentale de ne pas montrer (informer de) d'un parti-pris à ses membres et de profiter quand-même des avantages et de la visibilité procurés par ceux-ci.
    Pour formuler autrement le cas de Twitter (et sûrement d'autres plate-formes ou réseaux sociaux qui masquent leurs intentions), c'est une violation de la relation de confiance entre un fournisseur et son client. C'est un non-respect de contrat moral (corporatif) si l'on veut. Par exemple, un influenceur social ou politique conservateur qui peut recueillir 50,000 ou 200,000 ou même 1 million d'abonnés ou au-delà, n'aurait pas choisi Twitter comme plate-forme de partage, s'il était comme on doit s'attendre, informé clairement d'une politique éditoriale opposée à ses valeurs (ex. si la plate-forme d'accueil est anti-conservatisme, antichrétienne, antinationaliste, pour la discrimination envers la majorité, etc.).  Le fait que Twitter soit gratuit pour ses fonctions de base n'enlève rien aux obligations du fournisseur. Et c'est pire évidemment, si le client pénalisé paie pour certains services (ex. amélioration du positionnement, statistiques avancées, recherche et recrutement d'abonnés, etc.) tandis que l'entreprise qui lui vend ces options ne l'aurait pas informé travailler à l'opposé. Je crois que vous comprenez le principe.

    Le contenu que le client de Twitter produit a une valeur et la relation en est une de partenariat entre deux parties 

    • Le contenu exige un travail ou au minimum de participer à un membership (certains utilisateurs s'abonnent sans publier et sans retwitter). Mais la somme des abonnés crée une valeur.
    • L'hébergeur ou la plate-forme, ici Twitter (qui fournit la structure, le support, et les services), profite de la réputation ou popularité du client dont c'est la contribution.
    • La rétrogradation de certaines publications ou d'un éditeur (associé à un compte Twitter), peut lui faire engager des dépenses et investissements dont il n'aurait peut-être pas besoin dans un contrat transparent et sans pénalité ou sans politique cachée ou obscure de positionnement (ex. les algorithmes secrets, hermétiques) contre lesquels le client doit se battre en achetant du positionnement pour se promouvoir.
    • Le membership et la popularité de ceux qui génèrent le contenu font augmenter la valeur monétaire de la plate-forme, qu'elle soit Twitter, Youtube, Blogger, Facebook, Reddit, ... et autres. Ces entreprises doivent donc être transparentes dans leurs politiques et se faire les gardiennes de vos données privées.
    Trop souvent, ces méga plates-formes des réseaux sociaux pratiquent une politique d'ouverture au départ pour faire entrer les millions d'abonnés (parfois des milliards), mais la chose se dégrade par la suite, lorsqu'elles croient pouvoir sacrifier quelques millions de membres. Ce qu'elles oublient, c'est le travail et la contribution en trafic investi par ces membres «rebelles»; millions de membres (attirant publicités et nouveau membres au fil des années). Alors qu'elles décident de les pénaliser quelques années plus tard, ceux-ci ont contribué à faire croître les chiffres d'affaire en échange d'un droit de publication et réseautage. C'est donc une forme de violation de contrat dans le contexte de publications légales mais impopulaires, une violation par manque de transparence au départ. 

    La technique du « Shadow Banning » appliquée aux conservatismes dont Twitter est soupçonné


    Multipliez le manque de transparence envers les membres par des milliers de comptes conservateurs influents, avec des dizaines de milliers et même centaines de milliers de membres abonnés chacun, et vous obtenez, en tant qu'un fournisseur comme Twitter, plusieurs millions d'abonnés et un trafic procurant une visibilité et une valeur réelle (ex. valeur cotée en bourse ou valeur de revente, publicité, achat de services payants par plusieurs membres). Il ne faut pas oublier aussi, que, comme diffuseur (plate-forme de diffusion web) vous obtenez un pourcentage de ces producteurs qui accepteront de payer pour certains services et qui croient que vous les respectez.

    Le hic, c'est la prise de position politique ou idéologique derrière la pratique et une forme de violation des libertés d'expression, par des plate-formes ayant vos informations privées. Comme exemples de motivations pour cette censure inavouée de pages aux opinions et contenus tout à fait légaux, nous pouvons identifier en 2018:
    • la promotion des idées socioéconomiques de la gauche, voire de l'extrême gauche
    • l'opposition virulente au président Donald Trump, démocratiquement élu
    • le soutien inconditionnel et indéfectible au parti Démocrate
    • l'opposition aux valeurs conservatrices économiques ou conservatrices sociales
    • le désir de pénaliser les clients qui s'opposent aux politiques mondialistes (les nationalistes, les anti-globalistes)
    • le racisme anti-Blancs
    • la dénonciation d'un certain agenda islamiste conquérant antichrétien et pro-charia
    • etc.
    Plusieurs abonnés à des fils Twitter conservateurs ont aussi remarqué

    • que des abonnements qu'ils avaient choisis étaient désactivés à leur insu, sans en comprendre la cause. Résultat: ces abonnés, après une durée indéterminée, ne reçoivent plus de nouvelles des fils de publications auxquels ils se sont abonnés; une pratique en pure violation de leur liberté de choix. La censure cachée que Project Veritas affirme avoir mises au jour, pourraient-elles expliquer certains de ces mystérieux désabonnements (unfollow) pénalisant étrangement, par hasard (?) les comptes diffusant des valeurs plus conservatrices ou contestant l'establishment, méfiants des politiques ou pratiques éditoriales des médias mainstream ou dénonçant les mouvements d'extrême-gauche et les politiques globalistes (lesquelles veulent l'abolissement des frontières et de la notion de nation)? 
    • On observe aussi que les suggestions de publications sont frappées par la censure en appui à un certain establishment anti-Trump
    • Plus récemment vers la fin de janvier 2018 (note ajoutée le 3 février), dans la foulée de la pression des abonnés américains pour rendre public le mémo FISA ('Nunes memo'), Twitter a même rétrogradé l'étiquette #ReleaseTheMemo (ou des équivalents) sous prétexte que les publications émanaient de robots et non d'abonnés. Une autre astuce pour censurer les abonnés conservateurs. S'en sont suivi des posts avec photo des abonnés ou des mises en page créatives uniques prouvant qu'ils n'étaient pas des robots.
    • D'autres ont observé aussi récemment (note ajoutée le 3 février 2018) que dans les suggestions de compte suivant un abonnement à un compte Républicain ou conservateur, il n'y avait que des comptes Démocrates.

    J'ai mon idée là-dessus: Mais retenez ceci pour les prochaines semaines: en janvier 2018, Twitter nie que cela existe tandis que des comptes conservateurs ou pro-Trump ou médias non à gauche sont désactivés sous divers prétextes. L'avenir révélera les vraies Fakenews.

    La première guerre civile via les médias sociaux se joue-t-elle présentement aux États-Unis? 


    Deux clans semblent s'affronter: les globalistes anti-Trump et les conservateurs. Les premiers ont la majorité des médias mainstream de leur côté ainsi que les géants du web comme Facebook, Twitter, Google, etc. Mais les conservateurs de la droite et du centre droit courent pour leur vie, avec l'énergie du dernier combat.


    Image ajoutée le 24 janvier 2018


    Image ajoutée le 27 janvier 2018

    Image ajoutée le 27 janvier 2018
    Après avoir vu son compte suspendu, @Females4Trump qui avait amassé 103,000 abonnés en 6 ans de travail à tenté de se relancer à l'aide des réseaux sociaux. Le nouveau compte @Females4Trump2 qui avait déjà amassé plusieurs milliers d'abonnés peu après a été suspendu à son tour.


    Aucun commentaire: