dimanche 11 mars 2018

O.J. Simpson présente plusieurs indices d'être coupable des 2 meurtres, il nous semble

O.J. Simpson s'est presque compromis en 2006, indirectement, mais avec des indices précis, sur les meurtres de Nicole Brown et Ron Goldman dans un entretien avec l'éditrice Judith Regan. L'entretien devait servir à relancer le projet d'édition d'un livre, ‘If I Did It’ (Si je l'avais fait).  Celle-ci affirme que les avocats d'OJ sont entrés en contact avec elle à la demande de leur client. Croyant d'abord à un canular, elle leur a reparlé le lendemain et avait conclu après avoir parlé à OJ : "He had done it" («Il l'a fait»; Judith Reagan). Les faits et la confession de 2006 dite perdue, “OJ Simpson: The Lost Confession?”sont diffusés à FOX dimanche le 11 mars 2018, à 20h.

https://truepundit.com/o-j-simpson-says-hypothetically-mu…/…

(dernières mises à jour : 11 mars 2018 20h30 et 17 mars 2018)

Quel est le but de l'exercice? Est-ce utile et édifiant considérant que la plupart des gens croient déjà qu'il est le vrai meurtrier? Néanmoins, voici quelques faits.

Le soir de la diffusion au réseau FOX, on nous rappelle que le couple avait un historique d'appels téléphoniques logés au 911 par Nicole Brown contre son mari, OJ Simpson


La démarche, avec des extraits enregistrés et des événements et dates, nous rappelle 2 faits importants: 
  • À d'autres occasions AVANT le jour des meurtres, un certain nombre d'appels au 911 avaient été placés par Nicole Brown Simpson
  • Le niveau de violence augmentait à chaque nouvel événement. Lors de l'un de ces appels, Nicole Brown est dehors en panique et elle dit (traduction fr.): «Il va me tuer». 




Un contexte particulier : popularité d'OJ et émeutes récentes de Los Angeles


Nous pourrions et devons apprendre ici comment le contexte social et médiatique (incluant les nouvelles de stars et les fans) peut influencer un procès. 
  1. D'un côté, tout le monde connaît la complexité de Los Angeles dans les relations entre la communauté Noire et la police. 
  2. Et il est trop facile, aujourd'hui, de sous-estimer la popularité du célèbre athlète devenu commentateur sportif et acteur de cinéma et télévision en 1994 au moment où sont commis les deux meurtres.
En 1994, tous les jurés connaissaient les émeutes majeures de Los Angeles de 1992. D'ailleurs, les candidats jurés évalués se désistaient les uns après les autres avant le procès (Jean Sébastien Stehli, Les jurés craquent, Le Point, 1995-1997). Une condamnation de la star dans un procès au pénal (cause criminelle) aurait probablement provoqué des émeutes «antiraciales» et exacerbé les tensions sociales. Comme on le sait, après son acquittement au procès criminel, OJ est pourtant par la suite condamné au civil dans un poursuite intentée par le père de Ron Goldman, pour compensation. Cette fois devant un jury civil, Simpson sera unanimement reconnu coupable en 1997

L'attitude de l'homme en 2006 lors de l'entretien capté sur vidéo


Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que durant l'entretien des supposées confessions, Simpson a réponse à tout, au point que l'on devienne très méfiants sur le ton et le contenu. Il rigole souvent dans sa défense et semble vouloir passer pour le good guy, le bon gars pas seulement costaud, mais aussi qui dévore les livres à 2 ou 3 par semaine (?) malgré un horaire chargé, lequel logiquement ne lui permettrait pas cette cadence. À la question sur la chasse à l'homme déclenchée 3 heures après ne s'être pas présenté à la police, à l'heure et à la date prévues malgré les insistances d'un ami, OJ répond qu'il était simplement dépressif et avait appris à la radio qu'il était poursuivi avant de voir la police dans ses rétroviseurs... Chaque excuse est possible, mais la somme de tout fait que l'argumentaire finit par semer un doute immense et finit par s'écrouler, tel un château de cartes. Tout compte fait, dans le contexte, oj dégage à la fois une froideur et une distance glauques, face au meurtre. Le public et les commentateurs invités finissent par conclure qu'il aurait dû être condamné. Certains lapsus (ou choix de mots exacts?) aussi, le font perdre de la crédibilité. Pas étonnant que la vidéo n'ait jamais été vue par l'éditrice après le montage et qu'elle ait disparu durant une bonne décennie au point d'être présumée «perdue». Les avocats de Simpson ont dû la geler, probablement.


La tristement célèbre Bronco blanche

La version de Judith Regan entendue dans le preview de FOX


Des avocats ont appelé Judith Regan avant l'entretien de 2006. Elle était pressentie pour être l'éditrice pour la relance du projet d'un livre d'O.J. Simpson qui voulait toujours, malgré les réticences rencontrées, raconter son histoire, via sa version déjà écrite par un auteur professionnel. Ils lui ont annoncé que Simpson voulait lui raconter une version du meurtre de son épouse Nicole Brown et du compagnon de celle-ci, Ron Goldman. Elle a d'abord cru à un canular ou encore parler à un dérangé. Ayant rappelé la firme d'avocats le lendemain, le tout lui a été confirmé. Simpson n'aurait, selon cette version, pas accepté d'avouer directement, incapable de faire face à ses enfants. C'est dans ce contexte que lors de l'entretien, l'aveu avait été réalisé au conditionnel, selon entente entre les deux parties (client - éditeur potentiel).

Judith Regan, l'éditrice à l'origine du livre de OJ Simpson, ‘If I Did It' qui a ensuite été remplacé par une autre version.

FOX diffuse les faits nouveaux, dimanche le 11 mars 2018 et la vidéo de la confession dite perdue, “OJ Simpson: The Lost Confession?


Selon le preview de FOX, une confession enregistrée sur vidéo où O.J. Simpson se met «hypothétiquement» dans la peau du tueur, semble soudain décrire la réalité du double meurtre. Dans l'entretien capté sur vidéo remontant à 2006, OJ acceptait de jouer le rôle du criminel et semblait avouer à Judith Regan, éditrice de l'époque avec des détails inquiétants, avoir assassiné Nicole Brown Simpson et son compagnon Ron Goldman. Les détails semblent trop réels pour une improvisation, il nous semble, du moins. Par exemple, «Nicole est tombée et s'est fait mal» ou «il m'a botté le cul». «Je (OJ) lui ai dit tu penses faire du karaté avec moi...». Par exemple, le fait que s'il avait commis le meurtre, il aurait pris un couteau qu'il transportait dans sa Bronco (n'ayant pas le droit de transporter une arme à feu).  Après avoir parlé aux avocats et à Simpson, il ne faisait pas de doute à l'éditrice qu' OJ avait bien assassiné les deux victimes : "He had done it" (Judith Regan). Selon sa version, c'est l'incapacité d'OJ de faire face à ses enfants qui avait fait que l'ex-footballer américain, acteur et commentateur sportif avait choisi le conditionnel (si...) et à cette condition seulement, avait accepté d'enregistrer la confession.

Le retour de la vague sur le double meurtre que FOX attribue à O.J. Simpson


C'est le fait que la vidéo que l'on croyait perdue refasse soudainement surface alors qu''OJ Simpson a 70 ans, qui relance toute l'affaire. Le retour sur les faits et la confession dite perdue, “OJ Simpson; The Lost Confession?”, étant diffusés à FOX dimanche le 11 mars 2018.

Un preview de ce qui est une véritable confession selon FOX, rendue disponible avant la diffusion du 11 mars, laisse entendre une déclaration troublante de la part de Simpson:

«Oubliez tout ce que vous pensez savoir au sujet de cette nuit, car je connais les faits mieux que personne. Il s’agit d’une histoire sur laquelle le monde entier s’est trompé» (voir la photo capturée à ce moment. O.J. Simpson 2006, entretien avec Judith Regan)
«Il s’agit d’une histoire sur laquelle le monde entier s’est trompé»



Aucun commentaire: