vendredi 2 mars 2018

Manipulation d'enfants aux fins de la propagande typique du socialisme

On est en train de tuer la démocratie en remplaçant l'équilibre (l'ordre) sociopolitique par les attaques et accusations haineuses. Terrence Williams, un acteur Noir, dénonce la manipulation d'enfants aux fins d'une propagande anti-Trump. Dans une vidéo peu ou pas dénoncée, une panoplie d'attaques haineuses sont lancées par des enfants mis en scène dans une production vidéo visant à détruire une réputation. Si cela est toléré, la cible d'attaques semblables pourrait bientôt être n'importe quelle autre personne dans nos sociétés démocratiques. Un système de Justice digne imposerait aux responsables, en cas de faux témoignages, la sanction visée par les accusateurs. Une question me titille: Qui sont les commanditaires? Car cette production qui abuse l'intellect des enfants est de niveau professionnel.


D'entrée de jeu, de nombreuses attaques et accusations haineuses visent à voler ou contourner la démocratie en décourageant des candidats de s'impliquer politiquement. À cette fin, la gauche socialiste n'hésite pas à manipuler des enfants aux fins de la propagande; ce qui se faisait déjà sous le Parti National-socialiste des travailleurs allemands.

Terrence K. Williams s'étonne sur son fil Twitter @w_terrence, en voyant une vidéo virulente remplie d'accusations lancées contre Donald J. Trump. Il dit en gros: «Ai-je manqué quelque chose!? Suis-je le dernier à voir cette vidéo?». Alors que beaucoup de gens l'ont vue, la question suggère qu'il ne se souvient pas que cette utilisation d'enfants ait été dénoncée et il critique la méthode consistant à instrumentaliser ainsi des enfants pour proférer des propos haineux dont ils ne connaissent pas le sens.




Quand une personne, connue ou non, est publiquement attaquée sans preuve et sans procès, il faut des conséquences, sans que celle-ci ait à payer; ex. interdit de publier si aucune accusation formelle n'est déposée.

Les faux témoins devraient subir la condamnation associée à celle recherchée chez l'autre


Les cas de faux témoignages sont très graves si cela se produit. Un faux témoignage peut tuer socialement une personne en la privant de sa réputation et de ses droits et libertés (ex. perte d'emploi ou isolement social). Dans un système de Justice digne de ce nom, les faux témoins devraient subir la condamnation associée à celle recherchée chez l'autre et avoir un dossier criminel de durée déterminé en proportion de la gravité du ou des faux témoignages.

Par exemple, un accusateur public affirme que tel homme a agressé des femmes. Mais ils ne porte pas plainte à la police avec faits à l'appui. Parce que l'accusateur ne fournit pas de fait et ne dépose pas de plainte, la publication devrait être interdite. Si il s'avère que celui qui porte des accusations est en fait un faux témoin qui vise à nuire, il devrait légalement subir la peine qu'il cherche à produire contre l'autre, même si c'est contre une personne qui n'a pas les moyens financiers de le poursuivre.

Donc, si la conséquence (en cas d'agression sexuelle par exemple) aurait été la prison, alors le faux témoin devrait subir cette peine et comme faux témoin, hériter d'un dossier criminel. Il en irait de même pour une personne qui accepterait de donner un faux témoignage ou de produire de fausses accusations à la demande d'une autre; par exemple, une femme accepte de dire qu'elle a été harcelée pour se venger ou pour en tirer un avantage (aide, argent, attention médiatique ou notoriété, etc.).

Dans l'attaque mentionnée qui sert de départ, des enfants sont utilisées dans une production vidéo visant à nuire à un homme public que tous connaissent. Mais cela pourrait arriver contre n'importe quel personne connue, dans les faits. Une attaque accumulant une allégation après l'autre est lancée. Mais aucune accusation formelle légale n'est déposée et les faits ne sont pas démontrés.








Il en va dans le cas présent, de la démocratie et des fondements de la société. La conséquence prévisible est que le système politique soit détourné en éjectant des personnes sans autre fondement que des accusations sans procès. Le même phénomène s'applique à la vie et à la structure sociale; par exemple en voulant faire éjecter un employé ou un dirigeant ou atteindre à sa réputation.

L'utilisation des enfants à des fins de propagande n'est ni un fait nouveau, ni un fait rare chez certaines idéologies


Image servant à promouvoir les Jeunesses hitlériennes, le club école du National Socialism en Allemagne avant la Deuxième Guerre mondiale

Vers 2007-2008 Utilisation Démocrate



Pour l'élection de Barack Obama, des enfants scandent le slogan Yes We Can (1).

Quand des enfants scandent ou chantent en premières lignes, des slogans politiques




Les artistes anti-Trump

Ci-dessous (photo), groupe des jeunes danseurs du Studio Party Time de la ville de Quebec avec Roger Waters (Pink Floyd), utilisés idéologiquement, lors de son sepctacle au Centre Videotron de Québec, le 6 oct 2017. Les jeunes de la troupe ont été recrutés à deux semaines d'avis pour promouvoir une idéologie politique avec ou sans leur permission consciente du sens véritable de la démarche. Le poing levé de cette façon représente la révolution et le remplacement du système en place. Le slogan du chandail ("RESIST" = Résistez) fait partie de la mouvance anarchiste ou proche, dont on connait aussi le slogan récent: "BECOME UNGOVERNABLE" ou "BE UNGOVERNABLE" (Soyez ingouvernables) ce qui représente bien l'anarchisme.


Crédits photo : lls ont dansé avec Roger Waters, Journal de Montréal (web), samedi 7 octobre 2017


Conséquences politiques et sociales des accusations non prouvées


Pour ces raisons, ici c'est la gauche qui fait peur, même lorsqu'elle s'attribue le qualificatif de «démocrate». Car dans une telle approche de lynchage sans procès,

  • on renie le choix des électeurs (les électeurs connaissaient la réputation bonne ou mauvaise de Donald Trump) et en attaquant une personne avec des accusations haineuses dont on ne fait pas la preuve, on mine le fondement du droit et de la démocratie (dans l'exemple aux États-Unis, mais cela peut arriver dans d'autres États démocratiques). 
  • On enseigne aux enfants que seul le but et non les faits et les conséquences sur les autres ont de l'importance. 
  • À la limite, sur la base de l'esprit de cet exemple vidéo propagandiste, un gouvernement et une structure sociale pourraient être remplacés sans guerre civile et sans que le putsch (coup d'État) soit perceptible aux yeux de la majorité des personnes composant une société. 
Imaginez ensuite les conséquences pour les gens, d'être dirigés par de tels individus ou groupes pour qui les faits et la vérité sont relatifs, mais pour qui seulement leur avancement et leurs idéologies prime. On est en train de tuer la démocratie qui migre vers une oligarchie et ce n'est qu'un exemple de plus.

La question des producteurs et commanditaires de la vidéo anti-Trump utilisant des enfants à des fins de propagande se pose


Qui a produit cette vidéo? Ce n'est pas du niveau amateur. Selon moi, les intérêts sont dans les paroles et images de la clip, il ne reste qu'à mettre des noms de groupes d'intérêts.

______________
1.     Depuis des années déjà durant la candidature d'Obama de 2017-2018, l'introduction musicale de la série TV animée pour enfants, Bob The Builder, avait le thème (intro musicales) Yes We Can! (trad. Oui on peut! dans la version française). Ce n'était pas l'invention du siècle comme slogan politique; pratiquement une récupération inconsciente de ce qui jouait chaque matin à la télé, les jours de semaine chez les familles avec de jeunes enfants.

Aucun commentaire: